La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 899,83
    -182,15 (-1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Finance verte: "L'approche de la BCE n'est pas suffisante"

DANIEL ROLAND / AFP

INTERVIEW- La Banque centrale européenne (BCE) a mis en demeure, ce mercredi 2 novembre, les banques européennes de mieux intégrer le risque climatique, à l'horizon fin 2024. A défaut, elle pourrait "prendre des mesures contraignantes". Malgré une alerte inédite, pour l’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran, l'approche du régulateur reste trop partielle et ne permettra pas une réelle transition du secteur bancaire.

La BCE a mis en demeure ce mercredi 2 novembre les banques européennes de mieux intégrer le risque climatique d’ici à fin 2024. A défaut, la banque centrale pourrait prendre des mesures contraignantes. Mais pour l’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran, maîtresse de conférences à Paris 1 et conseillère scientifique à l’institut Veblen, l’approche est trop partielle et ne permettra pas réellement de décarboner le bilan des banques. Interview.

Challenges: La BCE demande aux banques européennes de mieux intégrer le risque climatique, qu’est-ce que cela signifie?

Jézabel Couppey-Soubeyran: La BCE demande de prendre en considération un critère climat dans les crédits accordés et les titres achetés. Dans l’approche retenue, le risque climatique induit des risques financiers, qui ne sont pas assez pris en compte dans les opérations des banques. C’est une approche par les risques financiers que le réchauffement climatique fait peser sur les bilans bancaires. Les banques ont donc jusqu’à fin 2024 pour évaluer ceux-ci et faire évoluer leur bilan en conséquence. De nouvelles réglementations devraient guider les banques en ce sens mais pour le moment la logique des régulateurs, c’est d'exiger davantage de communication et de transparence. Ils comptent sur une discipline de marché: si on demande aux banques d'être plus transparentes, notamment sur des indicateurs comme le bilan carbone, cela les amènera à se décarboner d'elles-mêmes. Or il est fort probable que cela ne se passera pas comme ça.

Lire aussiGrande messe de la finance verte : où sont passés les patrons des grandes banques françaises?

Pourquoi?

Ça ne sera pas spontané, il faut des règles pour décarboner les bilans. Mais l’approche de la BCE est trop partielle. Elle ne regarde que le risque financier que pose le changement climatique pour les banques, alors que la finance pose aussi un problème pour le climat. Ce qu’il faut, c’est que les banques cessent de financer les activités qui dérèglent le climat et détruisent l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi