Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 498,41
    +2 725,19 (+4,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,76
    +52,86 (+3,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2910
    -0,0037 (-0,29 %)
     

FinalSpark lance la première plateforme de recherche à distance utilisant des neurones humains pour des expériences de bio-informatique

Brain organoids on electrodes (Photo: Business Wire)
Brain organoids on electrodes (Photo: Business Wire)
Human neurons on electrodes (Photo: Business Wire)
Human neurons on electrodes (Photo: Business Wire)
Founders of FinalSpark, Dr. Fred Jordan and Dr. Martin Kutter (Photo: Business Wire)
Founders of FinalSpark, Dr. Fred Jordan and Dr. Martin Kutter (Photo: Business Wire)

VEVEY, Suisse, May 15, 2024--(BUSINESS WIRE)--FinalSpark, une start-up suisse pionnière en bio-informatique, a lancé la toute première plateforme en ligne permettant aux chercheurs du monde entier de mener des expériences à distance sur des neurones biologiques in vitro. La plateforme offre un accès 24/24 à 16 organoïdes cérébraux humains en vue de développer le premier processeur vivant au monde. Composés de neurones vivants capables d’apprendre et de traiter des informations, ces bioprocesseurs consomment un million de fois moins d’énergie que les processeurs numériques traditionnels, ce qui réduit potentiellement l’impact environnemental lié à l’utilisation croissante des ordinateurs.

PUBLICITÉ

Une trentaine d’universités ont déjà manifesté leur intérêt à utiliser la plateforme. Pour témoigner de son engagement en faveur d’une collaboration, FinalSpark a accordé à neuf établissements un libre accès à la plateforme à des fins de recherche uniquement. À mesure de l’augmentation de la demande d’utilisation de sa neuro-plateforme, FinalSpark est prête à la développer dans le but commun d’élaborer le premier processeur vivant au monde. « Nous sommes fermement convaincus qu’un objectif aussi ambitieux ne peut être atteint que par une collaboration internationale », affirme le Dr Fred Jordan, cofondateur de FinalSpark.

Des informations complémentaires sur la neuro-plateforme et la procédure de demande à suivre par les établissements de recherche sont disponibles sur le site web de FinalSpark à l’adresse https://finalspark.com/neuroplatform. Une publication scientifique décrivant la neuro-plateforme de FinalSpark, intitulée « Open and remotely accessible Neuroplatform for research in wetware computing », est également disponible dans la revue Frontiers.

La convergence de l’IA, des récents progrès de la biologie et des technologies de cellules souches ont ouvert de nouveaux horizons dans le domaine de la biologie synthétique et de l’informatique neuronale. Avec le lancement de notre neuro-plateforme, nous sommes à l’avant-garde de cette aventure passionnante. « Être chercheur en ce moment, c’est une chance ! », déclare le Dr Martin Kutter, cofondateur de FinalSpark.

À propos de FinalSpark

Fondée en 2014 et basée en Suisse, FinalSpark est à la pointe de l’innovation technologique et pionnière dans le développement des bioprocesseurs, la prochaine génération de processeurs numériques. Au lieu de processeurs numériques traditionnels, ces bioprocesseurs révolutionnaires utilisent des neurones humains et représentent un important bond en avant pour la technologie du traitement des données.

FinalSpark propose une neuro-plateforme qui permet aux entreprises de mener des recherches à distance sur des tissus neuronaux placés sur des MEA soutenant pleinement des expériences électrophysiologiques. Les structures neuronales tridimensionnelles ont une longue durée de vie et sont par conséquent adaptées aux expériences qui se déroulent sur plusieurs mois.

Mots clés : bio-informatique, intelligence organoïde, informatique neuronale, neurone, biologie, processeur, culture cellulaire, intelligence artificielle, énergie, CO2.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20240515507393/fr/

Contacts

Fred Jordan
+41 21 948 64 64
info24@finalspark.com