La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 812,83
    -218,73 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Fin de vie : un nouveau "cadre légal" d'ici la fin 2023 ? Emmanuel Macron lance une consultation citoyenne

Chesnot / Contributeur / Getty Images

La France va-t-elle évoluer sur l'euthanasie ? Ce mardi 13 septembre, le président de ma République Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une large consultation citoyenne sur la fin de vie, en vue d'un possible nouveau "cadre légal" d'ici la fin 2023. Une annonce qui fait suite à la parution, ce mardi, d'un avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), qui a jugé qu'une "aide à mourrir" pourrait s'appliquer en France, mais "à certains conditions strictes".

Actuellement, la législation française interdit l'euthanasie et le suicide assisté, mais permet une "sédation profonde et continue jusqu'au décès" pour des malades en phase terminale et en très grande souffrance, dont le pronostic vital est engagé "à court terme". La législation pourrait toutefois évoluer d'ici la fin de l'année prochaine. Une convention citoyenne sera "constituée dès octobre" et rendra ses conclusions en mars, a indiqué le palais de l'Elysée dans un communiqué. Des débats seront aussi organisés dans les territoires "afin d'aller vers tous les citoyens" et le gouvernement engagera un "travail concerté et transpartisan" avec les parlementaires, a ajouté la présidence.

Si une nouvelle loi sur la fin de vie devait être discutée, "il existe une voie pour une application éthique d'une aide active à mourir", a déclaré lors d'une conférence de presse l'un des membres du CCNE, Alain Claeys. Cependant, cette évolution supposerait "certaines conditions strictes avec lesquelles il apparaît inacceptable de transiger", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Moustique tigre : les autorités alertent sur le risque de dengue en métropole
Grève des contrôleurs aériens : un vol sur deux pourrait être annulé vendredi
"L’État nous vole" : un maire assure que sa population est sous-évaluée par l'Insee et dénonce des pertes financières colossales
Energie : la mairie de Paris annonce une mesure forte pour faire des économies
Schneider serait sur le point de prendre le contrôle total d'Aveva