La bourse ferme dans 4 h 2 min
  • CAC 40

    6 508,79
    -14,65 (-0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 744,81
    -4,54 (-0,12 %)
     
  • Dow Jones

    33 309,51
    +535,11 (+1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,0336
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 806,90
    -6,80 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    23 726,27
    +1 174,85 (+5,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    577,17
    +45,95 (+8,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,88
    +0,95 (+1,03 %)
     
  • DAX

    13 689,90
    -11,03 (-0,08 %)
     
  • FTSE 100

    7 488,27
    -18,84 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    12 854,80
    +360,88 (+2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 210,24
    +87,77 (+2,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2208
    -0,0010 (-0,08 %)
     

Fin des Jeep en Chine: Stellantis confirme un fiasco total en Asie

Renault

Stellantis met fin à la production des Jeep en Chine. Le groupe a vendu moins de 220.000 véhicules dans le pays l'an dernier. Dérisoire. Dongfeng, son partenaire local historique, va se retirer du capital du quatrième groupe automobile mondial.

C’est fini, les ne seront plus produites en Chine. Jeep dans l’ex-Empire du Milieu, c’était pourtant une longue histoire. La marque américaine y fut l’un des trois pionniers de l’automobile, avec Volkswagen à Shanghai, Peugeot à Canton. Les Jeep Cherokee furent fabriquées, elles, à Pékin dès 1985. C’était à l’époque AMC, le groupe américain possédant Jeep, qui avait négocié cet accord, sous la houlette de Renault. Car la firme tricolore était alors propriétaire… d’AMC qu’elle revendit en 1987 à Chrysler. Ce Cherokee, conçu par une équipe en partie française avec l’ingénieur en chef François Castaing, s’appelait même Beijing Jeep et eut un certain succès, puisqu’il remplaçait de facto le vieux 4x4 de l’armée chinoise BJ 212, copié d’un antédiluvien tout-terrain soviétique! Mais las, les relations furent toujours orageuses entre Américains et Chinois au sein de Beijing Jeep Corporation (BJC).

Nouveau départ en 2010 avec une nouvelle co-entreprise entre GAC cette fois et Fiat Chrysler Automobile (FCA). L’assemblage d’un nouveau Cherokee débuta en 2015. Mais, une fois encore, le torchon brûle. Stellantis voulait prendre la majorité des parts de la co-entreprise - 75% au lieu de 50% actuellement. GAC a visiblement traîné les pieds. Et, devant sa mauvaise volonté, Stellantis annonce ce lundi 18 juillet "entamer des discussions pour mettre fin à la co-entreprise" qui produisait, outre le Cherokee, le et le très volumineux Grand Commander. Les modèles Jeep seront désormais importés. Mais, sans fabrication locale, les ventes se feront au compte-gouttes. Stellantis rappelle ce lundi que la coentreprise "a été déficitaire ces dernières années". Le groupe franco-italo-américain "comptabilisera une charge de dépréciation d'environ 297 millions d'euros dans ses résultats du premier semestre 2022".

Un plan "assez léger" en Chine

Cette nouvelle déconvenue chinoise de Stellantis s’ajoute au divorce acté vendredi dernier avec un autre groupe chinois, , partenaire historique de PSA[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles