La bourse ferme dans 6 h 17 min

Fin de bail

C’est souvent quand sonne l’heure du congé que les problèmes apparaissent. Ainsi, le préavis légal de trois mois que vous doit le locataire, et qui vous donne le temps d’en trouver un autre, sera réduit à un mois dans de nombreux cas. Et si votre locataire déménage à la cloche de bois, autrement dit sans vous donner de congé, c’est à trois mois de procédure judiciaire minimum qu’il faut vous attendre avant de récupérer votre bien. Quant à la dernière étape, celle de l’état des lieux de sortie, elle peut vous réserver bien des tracas si le logement n’est pas rendu en bon état.

Congé du locataire : le préavis est normalement de trois mois, mais il peut être réduit à un mois

Le locataire peut résilier son bail et quitter le logement à tout moment, sans avoir à donner d’explication. En revanche, il doit normalement au bailleur un préavis de trois mois, délai qui court à partir de la réception par le propriétaire du congé. Il peut être réduit à un mois (voir conditions) si le locataire résilie son bail en raison, par exemple, de l’obtention d’un premier emploi ou de sa mutation, ou si le logement est situé dans l’une des zones d’habitation «tendues», où l’off re locative est inférieure à la demande, une mesure justifiée par le fait que le bailleur n’aura aucune difficulté à trouver un autre locataire. Notez que le délai réduit s’applique aux deux membres d’un couple, même si un seul est visé par l’une des dispositions d’exception prévues. Attention, le congé est irrévocable : le locataire devra partir à la fin de son préavis, sauf si le propriétaire accepte de faire un geste en sa faveur.

>> Notre service - Trouvez votre nouveau logement, ancien ou neuf, à acheter ou à louer, beaucoup plus facilement grâce à nos annonces géolocalisées. Faites l’expérience, vous serez conquis !

Locataires en couple : le congé signé par un seul des deux époux n’est pas valable pour l’autre

Quel que soit leur régime matrimonial, les locataires mariés sont tous deux cotitulaires du bail (même

(...) Cliquez ici pour voir la suite