La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 314,22
    +2 411,74 (+6,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 021,19
    +33,09 (+3,35 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Une filiale d’EDF présente les pistes pour aller vers le tout renouvelables en 2050

·2 min de lecture

RTE n’a pas peur de se brouiller avec sa maison mère EDF. La filiale transport d’électricité publie une étude montrant qu’en 2050, le système électrique français pourrait fonctionner essentiellement à partir d’énergies renouvelables.

Fonctionner avec 100% d’énergies renouvelables ? C’est possible pour 2050 avait dit, en avril 2015, l’Ademe. A l’époque, le rapport de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie était passé inaperçu. La COP 21 n’avait pas eu lieu, Greta Thunberg usait encore ses fonds de culotte sur les bancs de l’école, la France n’avait pas encore opté pour la neutralité carbone en 2050. Aujourd’hui, RTE, filiale transports d’électricité d’, dit presque la même chose. Publié conjointement avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’étude devrait cette fois recevoir beaucoup plus d’échos. "Il constitue un moment copernicien pour le monde de l’énergie, s’enthousiasme . Nous avons désormais la confirmation que tendre vers 100 % d’électricité renouvelable est techniquement possible."

Pour la ministre de l’Ecologie, le rapport arrive à point nommé. Dans quelques semaines, EDF doit remettre au gouvernement un dossier complet sur la construction de six futurs EPR. Même si la décision ne sera pas prise avant 2023 au mieux (quand l’EPR de Flamanville aura été lancé), Barbara Pompili tenait . "Le moment venu, nous donnerons notre opinion sur ce que voudrait dire en termes de faisabilité, de coûts, de risques un programme dans lequel on se passerait totalement de nucléaire, nous disait l’an dernier le PDG d’EDF . Si on se projette cinquante ans en avance, il ne faut pas dire que c'est impossible. Regardons aujourd'hui quels sont les obstacles. Et si on doit cheminer dans cette direction, ayons en tête que c'est peut-être une cible."

Un rapport qui fait consensus

Pour RTE, c’est une cible réalisable mais qui nécessitera des ajustements importants eu égard au caractère intermittent de l’éolien et du photovoltaïque. "Il faudrait développer des moyens de flexibilité", indique Thomas Veyrenc, directeur stratégie et prospective à RTE. Cela implique de nouvelles productions de pointe (actifs immédiatement disponibles). Ces centrales fonctionneraient avec des combustibles syn[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi