Marchés français ouverture 7 h 41 min
  • Dow Jones

    34 160,78
    -7,31 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    13 352,78
    -189,34 (-1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    26 170,30
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1142
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    23 807,00
    -482,90 (-1,99 %)
     
  • BTC-EUR

    33 508,31
    +105,36 (+0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    813,93
    -5,57 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    4 326,51
    -23,42 (-0,54 %)
     

Comment la filière nucléaire compte profiter du label vert accordé par Bruxelles

·2 min de lecture

Après une bataille intense, Bruxelles a accordé au nucléaire le précieux label vert. L’atome est désormais considéré comme une énergie durable. Pour le plus grand bonheur d’EDF et des 3.200 sous-traitants de la filière.

EDF a bien terminé l’année 2021. L’électricien a profité de de ces trois derniers mois. Ce qui lui a permis de gagner beaucoup d’argent. Et, cerise sur le gâteau, le 31 décembre, peu avant minuit, l’Union européenne a intégré le nucléaire dans son projet de , un programme qui permet de classer comme durables les investissements dans l’énergie. Pour la France, dont 67% de l’électricité provient du nucléaire, ce label constitue une excellente nouvelle. La taxonomie a pour objectif de déterminer les leviers d’action du développement durable, d’orienter les investissements privés vers les activités contribuant à la réduction des gaz à effet de serre.

Un enjeu fondamental. Faire partie de cette nomenclature permet, grâce à l’obtention de meilleurs taux de financement, de faire baisser les coûts du capital des futures centrales. Jusqu’à ces derniers jours, la taxonomie n’intégrait pas le nucléaire. Un crève-cœur pour la France qui relance la filière avec et de . Mais malgré les déconvenues, Paris n’a rien lâché. Ses arguments ? Un, le nucléaire n’émet pas de CO2. Un atout au moment où la priorité est de lutter contre le réchauffement climatique. Deux, les énergies renouvelables qui souffrent de production intermittente ne permettent pas à elles seules de répondre aux besoins en électricité décarbonée.

Lire aussi

"Réveil des consciences sur le nucléaire"

La bataille de la taxonomie fut longue et émaillée de chausse-trapes. En février dernier, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy s’était insurgé lors d’une , dénonçant "une aberration" qui conduirait à ne construire des centrales nucléaires dans l’Europe des Vingt-Sept "qu’avec des financements extra-européens puisque la Chine, la Russie, les Etats-Unis ne sont pas soumis au régime de la taxonomie". Invité ce mardi matin des petits-déjeuners AJEF (Association des journalistes économiques et financiers), le patron d'EDF avait évidemment un autre ton. Il s’est félicité du "réveil des consciences sur le nucléaire" et a rendu hommag[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles