Marchés français ouverture 2 h 10 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 049,64
    +601,63 (+2,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    27 981,51
    +262,84 (+0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    40 690,23
    -1 396,78 (-3,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 353,17
    -34,73 (-2,50 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Filière auto : bonus étendu et fonderies soutenues

Un fonds d’action exceptionnel est débloqué pour soutenir les salariés des fonderies, premières victimes de la conversion de l’industrie auto à l’électrique. Dans le même temps, le bonus écologique est étendu aux grands fourgons utilitaires de plus de 60.000 euros.

Le 26 mai 2020, au sortir d’un premier confinement très éprouvant pour la filière automobile, le Président Macron lui promettait un “soutien massivement amplifié”. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie exposait alors les trois volets d’un plan de soutien de 8 milliards d’euros jalousé par d’autres secteurs d’activité : soutenir la transition écologique dans l'automobile ; accompagner les PME du tissu de la sous-traitance pour les aider à relocaliser et "les accompagner dans les technologies de l'usine du futur" ; enfin obtenir de la part des constructeurs et des grands équipementiers des contreparties sur une relocalisation des activités à valeur ajoutée.

Onze mois après, sonne l’heure d’un premier bilan. Avec, déjà, le besoin d’amplifier l’effort. Un avenant au contrat stratégique de la filière automobile a été annoncé ce 26 avril 2021, lors d'un point presse qui réunissait les constructeurs automobiles, les équipementiers, les syndicats et des représentants de l'Etat. Dans ses grandes lignes, cet avenant confirme la suppression du plafond de 60.000 euros fixé pour la valeur d'acquisition d'un véhicule électrique. Une mesure qui permettra notamment au grand fourgon utilitaire Renault Master électrique fabriqué à Batilly, en Moselle, de bénéficier du bonus écologique (jusqu’à 7.000 euros à l’achat).

"Nous sommes décidés à maintenir ce soutien au véhicule électrique et même à l'élargir s'agissant des véhicules utilitaires", a dit le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. En échange, les constructeurs s’engagent à poursuivre le renforcement de leur offre de véhicules zéro émission et tripler la part de marché des VUL électriques dans les deux années à venir. Les entreprises de la filière s’engagent par ailleurs “dans une trajectoire de baisse de leurs émissions directes et indirectes en vue d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 au plus tard”.

100 millions d’euros pour déployer des bornes de charge

Le ministère des Finance[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi