La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 627,14
    +720,09 (+1,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Filière auto: 45.000 emplois menacés en France dans les trois ans

·2 min de lecture

EXCLUSIF - Le secteur automobile pourrait réduire ses effectifs dans l'Hexagone de 15% d'ici à fin 2024. En cause: l'électrification forcée imposée par les pouvoirs publics, alors que les composants viennent essentiellement d'Asie. Le "made in France" auto est en grave danger.

L’automobile française est menacée ! Et la pénurie conjoncturelle des semi-conducteurs ne fait que s’ajouter à une crise structurelle. "La filière va encore perdre 45.000 emplois au minimum dans les trois ans", affirme à Challenges Claude Cham, président (d’honneur) de la Fiev (Fédération des équipementiers automobiles). "Soit quasiment 15% des effectifs", selon des projections internes ! Les principales victimes seront "les forges, fonderies, activités mécaniques", précise ce vieux routier de l’industrie tricolore. Plus prudent, Luc Chatel n’en reste pas moins également alarmiste. pourrait "perdre 32.000 emplois d’ici à 2025, 100.00 d’ici à 2035", estime pour sa part le président de la PFA (Plateforme automobile).

Constructeurs, équipementiers et carrossiers avaient déjà perdu le tiers de leurs effectifs en France depuis 2005. Renault y a diminué de 31% ses effectifs entre 2005 et l'an dernier à 48.500 personnes. PSA les avait pour sa part divisés par deux sur la même période à 62.000. Les fournisseurs automobiles s’étaient, quant à eux, séparés de la moitié de leur personnel dans l'Hexagone entre le milieu des années 2000 et aujourd'hui. Les pouvoirs publics sont conscients du risque, mais demeurent prisonniers de leurs engagements politico-idéologiques.

Alors que le marché est resté à peu près stable jusqu’à présent (hors pandémie), la production de véhicules en France s'est effondrée des deux-tiers, le pire score européen, par rapport à son millésime record de… 2004. Même l’Italie, également en pleine désindustrialisation automobile, recule moins que la France, de 60% seulement en vingt ans, la Grande-Bretagne de moitié. La production allemande plonge de 40% seulement par rapport à son pic de 2007. La représente aujourd’hui moins de 2% de la production auto mondiale, contre 2,5% en 2019, 5% en 2005, selon la Fiev.

9,4 milliards de déficit au premier semestre

La du secteur automobile n’arrête pas, dans ce contexte, de battre des records négatifs (-9,4 milliar[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles