La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 216,25
    +388,55 (+0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

FIC 2021: les cybergendarmes 2.0 mènent l’enquête

·2 min de lecture

Paul-Alexandre est capitaine de gendarmerie. Ce saint-cyrien doté d’un cursus d’ingénieur a fait ses armes auprès d’Europol et plus précisément à l’EC3, le Centre européen de lutte contre le cybercrime. C’est ce qui l’a finalement conduit à la tête du département enquête du C3M. Le C3M est le Centre de lutte contre les criminalités numériques. Comme hauts faits d’armes, ces cybergendarmes ont, par exemple, démantelé Retadup, un malware ayant contaminé plus d’1,3 million d’ordinateurs pour les transformer en botnet géant. Lors de la dernière édition du FIC, l’un d’eux avait expliqué à Futura les techniques employées pour parvenir à neutraliser le malware et de facto, le réseau.

Sur le FIC 2021, le capitaine a pris le temps de faire le point pour Futura, sur une grosse affaire en cours, une affaire dont il ne peut pas révéler tous les détails. Il s’agit d’EncroChat, une société proposant des smartphones ultrasécurisés et dont les 60.000 clients étaient essentiellement des criminels en quête de discrétion. Comme Futura l’avait évoqué, l’enquête avait été précisément amorcée par les cybergendarmes français et elle a abouti au démantèlement de ce réseau l’an dernier lors d’une vaste opération de police internationale. Lors de cette dernière, les serveurs d’EncroChat, qui se trouvaient justement en France, avaient pu être saisis. Avec ces serveurs, les gendarmes ont pu implanter un malware lors d’une mise à jour pour consulter les échanges sur les mobiles, sans même avoir besoin de les déchiffrer.

Mais, pour le capitaine Paul-Alexandre, rien que le mode de vente de ces téléphones venait prouver qu’ils étaient destinés uniquement aux criminels, alors qu’EncroChat jurait que ses clients étaient essentiellement des journalistes, des avocats ou des personnalités. Il fallait, en effet, être coopté pour pouvoir en bénéficier et le réseau était justement constitué de personnes liés au grand banditisme. Le militaire explique que c’est typiquement le type d’enquêtes qui se fait...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles