Publicité
La bourse ferme dans 5 h 58 min
  • CAC 40

    7 961,18
    -62,08 (-0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,82
    -41,75 (-0,85 %)
     
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0663
    +0,0017 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    2 396,60
    -1,40 (-0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 633,16
    +2 930,66 (+5,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 332,23
    +19,60 (+1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,38
    +0,65 (+0,79 %)
     
  • DAX

    17 671,80
    -165,60 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 822,22
    -54,83 (-0,70 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2456
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Les feux au Canada rendus sept fois plus probables par le réchauffement climatique

L'activité humaine aurait favorisé les importants incendies qui ravagent le Canada, selon une étude.  - Credit:DARREN HULL / AFP
L'activité humaine aurait favorisé les importants incendies qui ravagent le Canada, selon une étude. - Credit:DARREN HULL / AFP

Le réchauffement climatique a rendu au moins sept fois plus probables les conditions météo extrêmes derrière la saison des feux qui fait rage dans l'est du Canada cette année, selon une étude publiée ce mardi 22 août par un réseau de scientifiques spécialisé dans ce type d'analyses. Les chercheurs du World Weather Attribution (WWA) ont déterminé que le changement climatique, provoqué par l'activité humaine, a augmenté la probabilité de températures élevées et de faibles taux d'humidité notamment, ce qui a joué un rôle majeur dans la propagation du brasier.

Le Canada connaît cette année la saison des feux la plus dévastatrice de son histoire. Plus de 1 000 feux sont actifs d'est en ouest à l'heure actuelle. Plus de 15 millions d'hectares ont déjà brûlé au total dans le pays, soit une superficie plus grande que la Grèce. Cela représente déjà plus du double du précédent record enregistré sur une saison des feux complète, alors que celle-ci est encore loin d'être finie cette année. Environ 200 000 habitants ont dû être évacués, et quatre personnes sont décédées.

« L'augmentation des températures crée des conditions semblables à celles d'une poudrière dans les forêts du Canada et du monde entier », a déclaré dans un communiqué l'une des chercheuses ayant participé à ces travaux, la climatologue britannique Friederike Otto. « Tant que nous ne cesserons pas de brûler des combustibles fossiles, le nombre d'incendies de forêt continuera d'augmenter. »

À LIRE AUSSICana [...] Lire la suite