La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0433
    -0,0050 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 808,10
    +0,80 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    18 723,45
    +370,14 (+2,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    421,43
    +1,29 (+0,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,47
    +2,71 (+2,56 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2099
    -0,0076 (-0,63 %)
     

Ses feux arrière sont encore sous garantie, le constructeur refuse de payer la facture

Vous venez d'acheter votre véhicule, il est encore sous garantie, et vous avez un problème qui est visiblement couvert par cette fameuse garantie. Jusque-là, rien d'anormal, la marque doit procéder aux réparations. Mais un propriétaire d'une Seat Leon 1.5 eTSI 150 a eu une très mauvaise surprise récemment, nous raconte Auto Plus. L'automobiliste du Loir-et-Cher fait l'acquisition de ce véhicule en septembre 2020. Mais, quelques semaines après, il aperçoit un défaut sur les optiques des feux arrière : ceux-ci se fissurent.

Nos confères expliquent que l'homme ne s'inquiète pas outre-mesure, se rend chez un concessionnaire pour effectuer des mises à jour banales sur le véhicule et lui montre le problème. Le concessionnaire est catégorique : il y a un défaut de fabrication. Le véhicule étant sous garantie, cela devrait être un jeu d’enfant. Mais, une fois le dossier déposé, Seat lui oppose une fin de non-recevoir. Selon le constructeur, c'est l'automobiliste qui est en tort, et les feux se fissurent à cause d'un détergent qu'il utiliserait pour laver son véhicule.

Le souci, c'est que les réparations s'élèvent tout de même à près de 2.000 euros (1.911 euros précisément). De son côté, le propriétaire de la Seat Leon s'inscrit en faux : il n'a jamais utilisé les produits évoqués par la marque et dénonce un moyen pour elle de se dédouaner et d'éviter les frais de réparation. Selon Auto Plus, si, en effet, les produits mentionnés par Seat peuvent provoquer une détérioration du plastique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tesla : les employés de l'usine de Shanghai confinés dans un camp militaire
Moteurs défectueux : un millier de plaignants lancent un ultimatum à Renault
Prix du carburant : TotalEnergies prolonge son coup de pouce aux automobilistes pour l'été
Dieselgate : Volkswagen va payer un montant colossal à des automobilistes
Petit excès de vitesse : vers une sanction allégée pour les automobilistes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles