La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 273,64
    +200,57 (+1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Ferrari promet que l’électrique ne diluera ni son identité ni sa rentabilité

FLAVIO LO SCALZO

Il faudra se faire à l’idée. Sur les quinze modèles que Ferrari entend lancer d’ici 2026, il y aura fatalement des hybrides et des électriques. Avant cela, les fanatiques auront eu à avaler la pilule d’un SUV portant l'estampille du Cheval cabré.

Pour la Ford Motor Company, c’est la douche froide. Le numéro deux américain qui se félicitait d’avoir su négocier le virage vers la voiture électrique en viendrait presque à regretter l’engouement pour sa Mustang Mach-E. Car le succès de cette voiture électrique lui coûte plus cher qu’anticipé. Ses marges bénéficiaires — déjà faibles par nature du fait du coût de la batterie — sont entamées par la hausse du cours des matières premières. Le directeur financier John Lawler vient d’en faire l’aveu à l’occasion de la Deutsche Bank Global Automotive Conference, en révélant que “les maigres bénéfices dégagés par la Mustang Mach-E à son lancement, en 2020, ont depuis été effacés”. Dur.

Tout l’enjeu pour Ferrari est de préserver son identité et sa rentabilité malgré son passage à l’électrique

Voilà qui donne une saveur particulière au serment fait ce 16 juin aux investisseurs par le . Il promet que la conversion à marche forcée à l’électrique n’entamera pas l’insolente rentabilité financière de Ferrari. Le montant des investissements programmés par Vigna (4,4 milliards d’euros pour concevoir des modèles électriques et hybrides qui assureront 60 % des ventes en 2026, puis 80 % d’ici 2030) préoccupe les investisseurs, au point d’entraîner une légère inflexion du cours de l’action Ferrari en Bourse.

Lire aussi

Le président de la société, John Elkann vole au secours de Vigan : "Tout ce que nous faisons sera toujours axé sur le caractère exclusif de Ferrari", a-t-il confirmé. "L'ensemble des possibilités offertes par l'électrification et l'électronique nous permettra de fabriquer des voitures encore plus uniques." Et Benedetto Vigna de confirmer l'importance qu’il accorde à la préservation de l'aura de la marque : “Ferrari s’interdira toujours de répondre totalement à la demande”, a-t-il répété, en reprenant à son compte une formule qu’aimait à employer le fondateur, Enzo Ferrari. "Nous allons maintenir le plus haut niveau d'exclusivité", a-t-il encore promis.

Ferrari veut c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles