La bourse ferme dans 2 h 1 min
  • CAC 40

    5 815,85
    +6,12 (+0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 708,04
    +0,32 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,2057
    -0,0031 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 709,30
    -24,30 (-1,40 %)
     
  • BTC-EUR

    42 231,09
    +1 321,54 (+3,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,39
    +28,30 (+2,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,80
    +1,05 (+1,76 %)
     
  • DAX

    14 056,59
    +16,79 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    6 639,32
    +25,57 (+0,39 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3954
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Fermeture du Centre Pompidou : "Les 120 000 oeuvres du musée seront visibles dans une myriade d'expositions partout en France", annonce le directeur de Centre d'art

franceinfo
·1 min de lecture

Le Centre Pompidou va fermer pour travaux pour au moins trois ans à partir de fin 2023. Inauguré en 1977, le bâtiment dessiné par Renzo Piano et Richard Rogers a besoin d'une sérieuse rénovation. Invité sur franceinfo lundi 25 janvier, Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou, a évoqué des "travaux de modernisation nécessaires", et a annoncé que les "120 000 oeuvres" du Centre Pompidou allaient être visibles "dans une myriade d'expositions sur tout le territoire", le temps de la fermeture du musée.


franceinfo : Ces travaux sont-ils vraiment indispensables ?

Serge Lasvignes : Ces travaux sont nécessaires, on ne peut pas les éviter. Le Centre Pompidou, les bâtiments de Renzo Piano et Richard Rogers, on dit que c'est notre premier chef d'oeuvre dans notre collection. C'est un bâtiment, une architecture qui n'a absolument rien perdu, qui ne s'est jamais démodée. Mais techniquement, elle s'est usée pour tout ce qui concerne les fonctions, comme l'air conditionné, comme la prévention des incendies, l'accessibilité des handicapés. Il y a de l'amiante, parce que dans les années 70, il y avait beaucoup d'amiante, et on ne se préoccupait pas beaucoup d'économiser d'énergie. Donc, il faut faire tout ça. Les bâtiments modernes des années 70 étaient sans doute plus fragiles que la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi