La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    +0,0097 (+0,80 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 514,36
    -1 221,14 (-2,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Fempo casse les codes depuis 2017 avec ses culottes menstruelles

·1 min de lecture

Lorsqu’elles créent Fempo, en 2017, il n’existe en France aucune alternative aux protections hygiéniques classiques. Fanny Abes et Claudette Lovencin sont des pionnières sur le marché des culottes menstruelles. «On a levé le tabou des règles et lancé une véritable tendance», s’enthousiasme la première. De fait, après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 5,6 millions en 2020, elles prévoient 11 millions d’euros de ventes cette année, sur un marché global de 402,53 millions d’euros en 2018, selon le cabinet IRI. Car, aujourd’hui, les marques de culottes menstruelles pullulent. Mais à l’époque… «Avec Claudette, qui travaillait alors pour Elizabeth Fry Society, la plus grande ONG chargée de la santé des femmes au Canada, on s’est rendu compte que les règles étaient un thème que personne ne voulait aborder et qui connaissait peu d’innovations. On a voulu traiter une problématique qui concerne toutes les femmes.»

Sur les réseaux sociaux, les réactions fusent : «C’est dégueu !» «En fait, on a montré qu’il était temps de dédramatiser, de dépasser les a priori et d’en faire un sujet du quotidien.» Pour mieux comprendre les enjeux, les deux femmes publient un sondage qui fait le buzz. «Les femmes étaient ravies de s’exprimer, notamment sur leurs frustrations : en quarante-huit heures, on a reçu près de 3 000 réponses.» Bilan : 70% d’entre elles ressentent de l’inconfort pendant leurs règles, 50% craignent pour leur santé et 30% culpabilisent de générer autant de déchets (au cours de sa (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Ce ne sont pas les machines qui nous manipulent, mais les ingénieurs qui les conçoivent”
Bientôt une pilule Pfizer à prendre dès les premiers signes de Covid ?
Les dépôts taxés dès 13.500 euros ! Les banques danoises s’attaquent maintenant aux classes moyennes
CAC 40 : une tendance haussière attendue après les annonces rassurantes de la FED
Luc Besson fait la paix avec la torera Marie Sara