Marchés français ouverture 4 h 4 min
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    30 485,11
    +161,77 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1767
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 688,34
    +20,49 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    40 616,37
    -440,19 (-1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 222,95
    -10,34 (-0,84 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     

Les femmes de plus en plus touchées par l'absentéisme au travail

·2 min de lecture

Depuis cinq ans, les arrêts de travail ont augmenté de 40 %, selon le courtier Gras Savoye. Les femmes sont plus touchées en raison de leur statut dans l’entreprise et de leurs charges domestiques.

Ce sont des chiffres très éclairants sur les femmes qui travaillent. Selon le baromètre de Gras Savoye Willis Towers Watson, leur absentéisme, pour des arrêts de plus de trois jours, est largement supérieur à celui des hommes. En 2020, il représentait 6,08% des journées travaillées pour les unes, contre 4,52% pour les autres. "Un niveau en constante et forte progression depuis 2016", indique Noémie Marciano, directrice Offre de Conseil Health & Benefits chez Gras Savoye. Non pas qu’elles aient des maladies plus lourdes ou plus longues que leurs confrères. Leur situation sociale, plus précaire, leur niveau hiérarchique, moins souvent cadres, ou les secteurs dans lesquels elles exercent, , les fragilisent. De même que leur vie personnelle, en charge des tâches domestiques, de l’éducation des enfants, ou soutien d’un proche en fin de vie.

Un tiers des salariés ont posé au moins un arrêt en 2020

L’an dernier, le taux d’absentéisme a connu un bond spectaculaire, selon Gras Savoye, quel que soit le sexe du salarié en raison de la crise du . "La progression est proche de 20 %, précise Noémie Marciano. 17% pour les femmes et 23% pour les hommes." Ainsi, plus d’un tiers des salariés ont posé un arrêt au moins une fois. Ils n’étaient qu’un quart il y a cinq ans. Un chiffre évidemment lié au coronavirus, qui a touché 6 millions de Français, mais aussi aux demandes d’arrêts dérogatoires pour garder les enfants en mars et avril avant que le chômage partiel soit institué en mai. C’est d’ailleurs dans la catégorie des 30-39 ans que les arrêts ont le plus progressé. Quant à la durée moyenne des absences, elle se stabilise autour de 54 jours par an.

Surcharges de travail et manque de reconnaissance

La pandémie a cependant cimenté le fossé en matière d’absentéisme entre hommes et femmes, dont beaucoup . Mais la pandémie n’explique pas tout. Si la maladie est la première cause des arrêts en entreprise, "les surcharges de travail, la pénibilité des tâches ou le manque de reconnaissance[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles