Les femmes peu qualifiées travaillent de plus en plus le samedi et le dimanche

L'exposition des femmes aux horaires "atypiques", en particulier le travail habituel le samedi et le dimanche, a progressé entre 2013 et 2019 pour les moins qualifiées alors qu'elle a diminué pour les cadres, selon une étude publiée mercredi 27 avril par l'Institut national d'études démographiques (Ined). "La part des femmes cadres en horaires atypiques diminue de 23% entre 2013 et 2019 tandis qu'elle augmente de 11% pour les ouvrières non qualifiées. Chez les hommes, la polarisation sociale est moins marquée. La part des cadres diminue de 14% tandis que celle des ouvriers non qualifiés stagne", constate l'étude, réalisée à partir des enquêtes "Conditions de travail" de la Dares.

Dans l'étude, un salarié est dit en horaires atypiques "s'il déclare travailler habituellement selon au moins l'une des modalités suivantes: tôt le matin (5h-7h), tard le soir (20h-0h), la nuit (0h-5h), le samedi, le dimanche". "D'un côté, les politiques de conciliation du travail et de la famille dans les grandes entreprises ont pu contribuer à améliorer les conditions de travail des plus qualifiées (...). De l'autre, les femmes peu qualifiées sont surreprésentées dans les métiers du commerce où le travail dominical a progressé (vendeuse, agent de nettoyage...) ainsi que dans les métiers des services à la personne (aide-soignante, aide à domicile, aide-ménagère), où les horaires atypiques sont structurels", explique l'étude.

En 2019, 36% des salariés travaillent habituellement en horaires atypiques. Cette (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'institut de Didier Raoult coupable de "graves manquements" dans des essais cliniques, selon les autorités
“L'université devient le lieu pour répondre aux enjeux du futur”, affirme la présidente de Paris-Saclay
Panne d'internet : des actes de vandalisme seraient à l'origine des coupures
Des cartes du jeu SIMS dégainées par erreur par les services secrets russes pour prouver un "projet ukrainien d'attentat"
Airbnb doit maintenant communiquer au fisc ses données sur les locations