La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    +0,0097 (+0,80 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 516,63
    -1 347,48 (-2,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Les femmes ont perdu au moins 800 milliards de dollars de revenus en 2020, selon Oxfam

·2 min de lecture

Oxfam révèle ce jeudi 29 avril que la crise due à la pandémie de Covid-19 a entraîné pour les femmes du monde entier une perte de revenus d'au moins 800 milliards de dollars en 2020. Ce qui équivaut au PIB combiné de 98 pays.

Au moins 800 milliards de dollars. Vertigineux, ce chiffre représente l'estimation de la perte de revenus pour les femmes du monde entier en 2020, qui a été rendue publique ce jeudi 29 avril par Oxfam. Ce qui représente plus que le PIB combiné de 98 pays. Sachant qu'au niveau mondial, la crise sanitaire a fait perdre aux femmes. Soit une perte de 5%, contre 3,9% pour les hommes.

Une estimation "très prudente"

Cette estimation a été calculée à partir de l'évolution du nombre de femmes en activités en 2020 par rapport à 2019, selon des indicateurs recensés par l'Organisation International du Travail sur le travail formel. Sandra Lhote-Fernandes, responsable du plaidoyer genre d’Oxfam France, précise toutefois que ces 800 milliards n'incluent pas les salaires perdus par les millions de femmes qui évoluent dans le marché informel – travailleuses domestiques, commerçantes sur les marchés et ouvrières de la confection textile – qui ont été renvoyées chez elles ou dont les heures de travail et les revenus ont été considérablement réduits.

A ce titre, il s'agit donc d'une estimation qui reste "très prudente", qui "sous-estime une part très importante des travailleuses dans un grand nombre de pays en développement". Ce que l'on sait, c'est qu'ONU Femmes a calculé que pendant les premiers mois de la pandémie, les travailleuses du secteur informel à l'échelle mondiale ont connu une perte de revenus de 60%. En Afrique subsaharienne par exemple, c'est une perte de revenus de 80% pour les travailleuses du secteur informel, précise Sandra Lhote-Fernandes.

Lire aussi

"Les femmes sont les grandes perdantes de cette crise"

Une certitude, la pandémie de Covid-19 a porté "un coup dur aux progrès accomplis récemment en faveur des femmes sur le marché du travail." Sur les secteurs touchés de plein fouet par la pandémie comme le tourisme, le travail domestique, ou le commerce de détail, les femmes sont sur-représentées. Ce qui explique que "les femmes sont les grandes perdantes de cette[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi