Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 322,76
    +990,70 (+1,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 443,99
    -24,11 (-1,64 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

«Les femmes considérées comme étant très gentilles n’obtiennent pas d’augmentation de salaire»

Illustration Capital / Adobe Stock

Il y a quatre ans, Morgane Dion, qui se définit comme «experte lorsqu’il s’agit de provoquer des grands changements dans la carrière des femmes», s’est lancée dans l’écriture de son premier livre, Les filles sages ne réussissent pas. Ses convictions féministes sont nées de ses expériences professionnelles marquantes, notamment au sein de l'armée, où elle a été confrontée à un sexisme tenace.

Mais le constat est implacable : le sexisme sévit-il uniquement dans les métiers dits «masculins» ? Dans une exploration audacieuse, Morgane Dion examine comment les femmes peuvent non seulement survivre, mais aussi réclamer leur juste place et leurs droits, quel que soit le secteur professionnel. Dans une entrevue exclusive pour Capital, elle partage les dessous de son livre et son parcours singulier.

Capital : De quoi parle votre livre «Les filles sages ne réussissent pas» ?

Morgane Dion : Dans ce livre, j'aborde trois thématiques : les idées reçues sur les femmes au travail, les obstacles qu’elles peuvent rencontrer dans leur carrière, et les conséquences financières que leur genre implique dans le monde de l’entreprise. J’évoque entre autres le syndrome de l’imposteur, qui serait l’idée selon laquelle les femmes souffrent d’un manque de confiance en elles, s’auto-censurent et ont du mal à passer à l’action dans leur vie professionnelle ou personnelle. Elles auraient du mal à mener leurs projets à bien, à se lancer dans l’entrepreneuriat, ou à voyager seules. Pourtant, les femmes ont autant (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Wedding planner : une organisatrice de mariage nous dévoile ses revenus
Peut-on déjà prédire les démissions des salariés grâce à l'IA ?
«Des méthodes de management mafieuses» : plusieurs salariés de La Poste témoignent
Bonne nouvelle : la hausse des salaires reste bien au-dessus de celle de l’inflation en 2024
Manager comme Timothée Chalamet dans «Dune 2»