Marchés français ouverture 1 h 58 min
  • Dow Jones

    33 874,24
    -71,34 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 271,73
    +18,46 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    28 855,76
    -19,13 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1929
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 838,96
    +21,89 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    27 287,44
    -1 201,07 (-4,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,55
    -23,65 (-2,92 %)
     
  • S&P 500

    4 241,84
    -4,60 (-0,11 %)
     

La femme, valeur montante des gérants de fortune

·2 min de lecture

A partir de 2030, une grande part de la richesse des baby-boomers américains sera aux mains d'une clientèle féminine. Les banquiers se préparent à cette nouvelle donne.

Il ne s'agit pas d'une révolution, mais presque. En 1989, le ménage américain médian dirigé par une femme de plus de 65 ans était plus pauvre que la moyenne. En 2019, il était 20% plus riche. Cela est dû en partie au fait que les femmes seniors ont aujourd'hui plus de chances d'avoir mené une carrière que leurs mères ou grands-mères. Bien sûr, la fortune héritée joue également un rôle, et il y a tout lieu de penser que celle-ci s'accroîtra dans les années à venir.

Les baby-boomeuses vont changer la donne

Selon certaines estimations, 68 000 milliards de dollars changeront de mains aux Etats-Unis d'ici à 2042, notamment du fait de la disparition des baby-boomers. Or une bonne partie de cette somme ira d'abord à des veuves, puisque dans un couple hétérosexuel, la femme tend à être plus jeune et à vivre plus longtemps que son compagnon : environ la moitié des femmes de plus de 65 ans survivent, en effet, une quinzaine d'années à leur époux. Du coup, à partir de 2030, la plus grande partie de la richesse des baby-boomers sera entre des mains féminines.

Cette nouvelle donne oblige les gestionnaires de patrimoine, habitués depuis toujours à traiter avec des hommes, à changer d'approche. Longtemps ignorées par les banquiers lorsqu'elles accompagnaient leur mari, les clientes estiment "extrêmement important" de trouver un conseiller qui les comprenne, selon une étude récente.

JP Morgan enseigne à ses conseillers en gestion comment attirer et convaincre les investisseuses

L'éducation financière est l'autre grande exigence formulée par ces femmes. Selon un sondage mené par la banque UBS, les trois quarts des veuves et des divorcées aisées déclarent ne pas s'y connaître suffisamment pour investir. Les établissements financiers sont très attentifs à ces évolutions. La gestion de patrimoine, qui génère des revenus réguliers et n'exige pas d'énormes capitaux, constitue une part croissante de leurs activités. Ils cherchent donc à répondre à ces nouvelles attentes. Pour cela, il leu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles