Publicité
Marchés français ouverture 6 h 17 min
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    37 383,99
    -695,71 (-1,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,0641
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 351,41
    +1 767,85 (+3,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 302,64
    +417,10 (+46,64 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     

Une femme de ménage licenciée pour une raison choquante

Reza Estakhrian/Getty Images

Le sandwich de la discorde. Au Royaume-Uni, une affaire de licenciement fait grand bruit, rapporte Insider. Une femme de ménage âgée de 39 ans, célibataire, a été licenciée juste avant Noël. Son erreur ? Avoir mangé les restes d’un sandwich qui traînait sur une table à la suite d’une réunion dans un cabinet d’avocats. Un sandwich qui valait moins de deux euros. C’est le site d’affaires juridiques RollOnFriday qui a dévoilé l’affaire sur son site Internet. Il indique que la trentenaire originaire d’Équateur a été licenciée par la société de nettoyage pour laquelle elle travaillait, un entrepreneur privé.

Le cabinet d’avocats en question s’appelle Devonshires Solicitors. Ce dernier aurait déposé une plainte qui a entraîné le licenciement. Mais interrogé, un porte-parole de Devonshires a déclaré qu’il n’avait pas déposé de «plainte formelle», et avait seulement demandé à la société de nettoyage de ne pas prendre de mesures contre la femme de ménage. La société aurait ensuite décidé de la renvoyer après une enquête interne.

Pour se dédouaner un peu plus, le porte-parole du cabinet assure qu’il s’agit d’une «affaire privée» et avoir demandé «clairement [à la société de nettoyage] qu’il ne s’opposerait pas à ce que Gabriela [son prénom] vienne et travaille dans [leurs] locaux si Total Clean change de position». Mais l’affaire a fait grand bruit au Royaume-Uni et le syndicat qui représente les travailleurs immigrés outre-Manche a protesté contre ce licenciement. Selon United Voices of (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salaire : si votre entreprise remplit ce critère, vous pouvez espérer une meilleure rémunération
Microsoft, Google... les 36 employeurs de la high-tech préférés des salariés
Reconversion : le Medef veut dynamiter les outils existants pour les salariés
Chômage des seniors : la double peine de ces femmes et personnes en situation de handicap
Compte épargne-temps universel : pourquoi le projet de réforme bloque déjà