Marchés français ouverture 6 h 15 min
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 097,44
    +222,21 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,1933
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 882,46
    +65,39 (+0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    29 234,84
    +1 002,16 (+3,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    842,08
    +55,46 (+7,05 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     

Femme brûlée vive à Mérignac : les failles dans le suivi de son ex-compagnon violent

·1 min de lecture

Les premiers éléments de l'enquête sur le féminicide survenu mercredi à Mérignac, en Gironde, font état de dysfonctionnements dans le suivi de l'ex-compagnon de la victime, déjà condamné pour violences et qui avait enfreint les règles de son sursis probatoire.

L'émotion est vive, au lendemain du féminicide survenu à Mérignac, en Gironde, où une femme a été brûlée vive par son ancien compagnon, qui lui avait auparavant tiré dans les jambes avec une arme à feu. Les premiers éléments de l'enquête, qui confirment que la mère de famille était vivante au moment où elle a été aspergée d'essence, ajoutent à l'horreur des faits. Mais ils laissent aussi apparaître des défaillances dans le suivi du suspect et posent une question : le drame aurait-il pu être évité ? 

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Une agression dans une supérette au mois de mars

L'ex-compagnon de la victime, déjà condamné pour violences conjugales, était en effet convaincu que la jeune femme avait un amant et voulait la punir. Alors qu'il avait interdiction de l'approcher, il l'avait déjà agressée le 15 mars dernier, dans une supérette près de chez elle.

Terrorisée, la trentenaire avait immédiatement déposé plainte contre lui. Une enquête avait bien été ouverte, mais, premier dysfonctionnement : le policier n'avait pas retrouvé le suspect à l'adresse indiquée à sa sortie de détention.

Deux enquêtes administratives diligentées par le gouvernement

Alors qu'il était donc recherché par la police, le suspect a ensuite honoré deux rendez vous avec son conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation. "Il s'est présenté aux convocations et a justifié du respect des obligations de travail de soins", a expliqué la procureure de Bordeaux, Fr...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles