Publicité
La bourse ferme dans 5 h 29 min
  • CAC 40

    8 082,87
    -19,46 (-0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 015,47
    -22,13 (-0,44 %)
     
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0832
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    2 340,30
    +3,10 (+0,13 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 194,23
    -2 104,04 (-3,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 413,36
    -54,75 (-3,73 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,27
    -0,60 (-0,78 %)
     
  • DAX

    18 616,73
    -74,59 (-0,40 %)
     
  • FTSE 100

    8 307,05
    -32,18 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2709
    +0,0011 (+0,09 %)
     

Une femme atteinte d’une grave maladie retrouve la parole grâce à l’IA

Retrouver la parole grâce à un dispositif qui lit dans les pensées, c’est possible. Pat Bennett, une américaine de 68 ans diagnostiquée en 2012 de sclérose latérale amyotrophique (SLA, ou maladie de Charcot, maladie neurodégénérative qui atteint progressivement les neurones des muscles volontaires), peut à nouveau communiquer. Comment ? Grâce à une technologie d’interface cerveau ordinateur développée par des chercheurs de l’Université de Stanford, qui ont publié leurs travaux dans la revue Nature le 23 août 2023 (source 1).

Quatre capteurs ont été placés dans les zones du cerveau liées à la parole. Ceux-ci transmettent les signaux cérébraux à un appareil, qui grâce à l’intelligence artificielle, les détecte pour les transformer en mots. Après 4 mois d’apprentissage, le logiciel a pu produire des mots sur un écran à une vitesse inédite de 62 mots par minute. C’est environ trois fois moins rapide qu’une conversation normale, mais trois fois plus que les technologies développées auparavant. L’IA dispose d’un vocabulaire de pas moins de 125 000 mots, avec un taux d’erreur de moins de 25 %.

« Énormément de progrès sont faits à ce niveau-là pour avoir des électrodes plus sensibles et des softwares d’analyse qui permettent de mieux extraire le signal cérébral », précise le Dr Pierre François Pradat, neurologue à la Pitié-Salpêtrière (Paris) et co-président du conseil scientifique de l’ARSLA (Association...

Lire la suite