La bourse ferme dans 6 h 49 min
  • CAC 40

    6 116,07
    +68,76 (+1,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 569,45
    +30,57 (+0,86 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0600
    +0,0013 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 829,70
    +4,90 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    19 699,71
    -639,88 (-3,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,80
    -6,00 (-1,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,04
    +1,47 (+1,34 %)
     
  • DAX

    13 292,54
    +106,47 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 328,66
    +70,34 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2285
    +0,0015 (+0,12 %)
     

La Fed passe à l'offensive contre l'inflation

AFP - Jim WATSON

La Réserve fédérale des Etats-Unis, pour sa troisième hausse des taux consécutive a sorti le bâton avec un relèvement de trois quart de point. Et ce pour tenter d'endiguer l'inflation qui continue de cavaler.

C'était une annonce très attendue. de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour lutter contre l'inflation. C'est bien ce que l'institution monétaire a présenté en relevant ses taux directeurs de trois quarts de points de pourcentage, soit la plus forte hausse depuis 1994, pour tenter de contrôler une inflation plus forte qu'escompté.

Troisième hausse consécutive

Avec cette troisième hausse d'affilée, ces taux se situent désormais dans une fourchette comprise entre 1,5 et 1,75%. "Fortement déterminée à ramener l'inflation à son objectif de 2%", la Fed table désormais sur une inflation de 5,2% cette année, contre 4,3% projeté en mars, et procèdera donc à d'autres hausses lors des prochaines réunions de 2022. Parallèlement, elle anticipe une croissance moins forte que prévu cette année à 1,7%, contre 2,8% précédemment.

L'inflation reste élevée

"L'inflation reste élevée, reflétant des déséquilibres entre l'offre et la demande liés à la pandémie, à la hausse des prix de l'énergie et à des pressions plus larges sur les prix", déclare la Fed dans le communiqué publié à l'issue de deux jours de débats. S'il y a quelques jours, une hausse d'un demi-point de pourcentage semblait acquise, cette certitude a été balayée par les nouveaux chiffres de l'inflation publiés quelques jours plus tôt. La hausse des prix n'a pas ralenti, comme cela avait été le cas en avril, atteignant même un nouveau record en 40 ans, à 8,6% sur un an.

Mouvement monétaire tardif

La Fed a commencé à relever ses taux pour ralentir la demande, d'abord d'un quart de point de pourcentage en mars, puis d'un demi-point le 4 mai. Des interventions trop tardives comme l'a reconnu Jerome Powell, le président de la Fed, dans un interview au Wall Street Journal. « Avec le recul, (...) il aurait sans doute mieux valu relever les taux plus tôt », a-t-il admis.

La réaction de la BCE

Cette hausse de taux inédite, qui était néanmoins attendue, a fait réagir en urgence l'Europe. La Banque centrale européenne a, en effet,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles