Marchés français ouverture 7 h 49 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 474,48
    +159,35 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Les faux SMS, la nouvelle grande cyberattaque en France

·2 min de lecture

Les cybercriminels se sont professionnalisés, et ne se contentent plus d'envoyer de faux mails pour piéger les particuliers. La crise du coronavirus a fait éclore des arnaques aux faux SMS.

Après le chantage à la webcam lors de la visite d'un site pornographique l'année dernière, place aux faux SMS pour récolter le plus d'informations sur leurs cibles. "Le hameçonnage est toujours la mère des attaques", commente Jean-Jacques Latour, responsable expertise de Cybermalveillance, la plateforme du gouvernement qui aide les particuliers et petites entreprises victimes de cyberattaques. C'est la menace numéro 1 pour les particuliers avec 17% des requêtes, et la 5e pour les entreprises, selon le rapport annuel 2020 de Cybermalveillance.

Si les procédés varient, le but est toujours le même: voler un mot de passe d'un compte bancaire, les identifiants d'un mail, ou les numéros de sécurité sociale pour ensuite se faire passer pour la victime et en tirer profit. Finis les mails pleins de fautes d'orthographe, avec des logos pixelisés peu crédibles. "Les attaques sont de plus en plus sophistiquées, ajoute Jean-Jacques Latour. Désormais, les cybercriminels peuvent acheter des kits de hameçonnage prêts à l’emploi très sophistiqués."

Profusion de faux SMS

L'épidémie de coronavirus depuis mars 2020 a démultiplié les cyberattaques. Selon Cybermalveillance, la hausse des hameçonnages est de 400% avec une forte variété dans l'écosystème du Covid-19: fausse vente de masques, attestations en ligne, remboursement pour les entreprises du manque à gagner dû à la fermeture. Et des arnaques au faux colis. Le tout, souvent via SMS. "Il est plus difficile pour un particulier de contrôler le caractère malveillant d'un message sur le téléphone, expose le responsable expertise de Cybermalveillance. Les gens sont beaucoup plus en confiance que sur leur ordinateur."

"Toutes les arnaques qui existaient avant se sont accélérées, remarque Sébastien Garnault, fondateur du collectif CyberTaskForce, qui met en relation des décideurs publics et privés sur des enjeux de transformation numérique. Le gouvernement avait envoyé un SMS à la population sur l'épidémie de coronavirus. Cela a ouvert la porte aux faux SMS avec des attaques de mieux en mieu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi