La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,42 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 751,40
    -5,30 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    40 444,83
    -1 013,45 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,63 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,93 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,75 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,96 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Deux vacataires d'un vaccinodrome de Bordeaux jugées en janvier pour avoir produit de faux pass sanitaires

·1 min de lecture

Deux vacataires d’un centre de vaccination de Bordeaux, accusées d’avoir émis une douzaine de fausses attestations de vaccination, seront bientôt jugées pour trafic de faux certificats, a-t-on appris jeudi. Les deux contractuelles, interpellées début août, émettaient ces documents depuis les ordinateurs du vaccinodrome avec la carte vitale du bénéficiaire. Elles remettaient ensuite le précieux sésame à l'occasion d'un rendez-vous en centre-ville.

Des fausses attestations remises contre rémunération

C'est le comportement suspect de ces deux jeunes femmes, âgées de 18 et 20 ans, qui a alerté l'attention de leurs collègues, comme l'explique à Europe 1 la commissaire divisionnaire Céline Plumages, cheffe de la Sûreté départementale en Gironde. "Les perquisitions qui ont été menées à leur domicile ont permis de découvrir des attestations qu'elle avait délivrées au nom de tiers. Une des deux personnes a vraiment bénéficié de rémunération contre la remise des attestations", révèle-t-elle.

"Pour ce qui concerne la deuxième personne, elle n'a pas reçu de rémunération et a déclaré vouloir rendre service", précise encore Céline Plumages. "Le recrutement des bénéficiaires de ces attestations se faisait par le bouche-à-oreille."

>>Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

Les bénéficiaires du trafic également poursuivis

Les deux jeunes femmes seront jugées en janvier prochain pour faux et usage de faux. Mais l'enquête ne s'arrête pas là. Le parquet de Bordeaux entend égalemen...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles