Marchés français ouverture 6 h 8 min
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 828,03
    +50,13 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0574
    +0,0043 (+0,41 %)
     
  • HANG SENG

    19 109,18
    +433,83 (+2,32 %)
     
  • BTC-EUR

    16 311,84
    +130,99 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    407,88
    +6,45 (+1,61 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     

Faute d’accord avec la Sécu, les labos de biologie annoncent une grève reconductible

Pixabay

Engagés depuis plus d'un mois dans un bras de fer avec le gouvernement, qui veut leur imposer de baisses de tarifs via le budget de la Sécu, les biologistes ont appelé lundi soir à la "grève reconductible" à partir du 14 novembre. Le rendez-vous de la dernière chance a tourné court. Reçus en fin de journée au siège de l'Assurance maladie, les représentants des biologistes libéraux "se sont heurtés à un mur", affirment leurs quatre syndicats dans une déclaration transmise à l'AFP.

Venus négocier une ponction limitée à 250 millions d'euros, comme prévu dans le budget de la Sécu, mais "sur la seule année 2023", ils expliquent avoir au contraire reçu "une nouvelle proposition de rabot plus salée encore que celle envisagée initialement": 280 millions l'an prochain, puis 322 millions par an jusqu'en 2026.

Dénonçant "la folie austéritaire" de l'Assurance maladie, ils appellent à "l'entrée en grève reconductible de tous les laboratoires de biologie médicale à compter du lundi 14 novembre" et espèrent être suivis par les grands réseaux privés, membres comme eux de l'Alliance de la biologie médicale (Biogroup, Cerba, Eurofins, Inovie, Synlab).

"Cette politique de rabot aveugle provoquera la fermeture de laboratoires de proximité, particulièrement dans les zones rurales et les déserts médicaux", ajoutent-ils, mettant en garde les ministres François Braun (Santé) et Gabriel Attal (Comptes publics) contre "le risque d'une mobilisation générale des libéraux de santé".

L'exécutif semble toutefois (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Enterrés à 200 km de leur collecte... le désastreux bilan carbone des déchets d'Aurillac
Budget de la Sécu : le Sénat vote une taxe pour dissuader les jeunes à utiliser les "puff"
Décarboner l'industrie : Macron prêt à doubler les aides si les entreprises doublent leurs efforts
Enedis condamné à verser 140.000 euros à un agriculteur dont les vaches avaient été perturbées par des ondes électromagnétiques
Il vit dans une caravane car sa ferme est squattée depuis trois ans