Marchés français ouverture 5 h 13 min
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 984,51
    +475,96 (+1,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2047
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 833,31
    +211,39 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    45 163,59
    -1 894,41 (-4,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 257,81
    -5,15 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

"Il faut flécher le plan de relance sur les femmes et l’égalité avec les hommes"

·2 min de lecture

INTERVIEW - La délégation aux droits des femmes du Conseil économique, social et environnemental (CESE), tire la sonnette d’alarme. Olga Trostiansky, qui a travaillé avec Dominique Joseph, explique pourquoi la crise du coronavirus creuse les inégalités hommes/femmes et demande des actions spécifiques pour contrer ce recul.

"Nous avons vécu une année paradoxale, affirmait Dominique Joseph devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE,) le 23 mars dernier: , mais elles étaient invisibles dans les organes de gouvernance et de gestion de la crise." La secrétaire générale de la Mutuelle française dévoilait quelques chiffres particulièrement édifiants: des femmes nombreuses à avoir repoussé leurs rendez-vous santé depuis le début de la pandémie (64%, contre 53% des hommes), une augmentation de 42% des interventions à domicile des forces de l’ordre pour violences conjugales, les menaces sur l’emploi féminin ou encore un risque de "burn out domestique et parental" nettement plus élevé pour les femmes. "Elles ne sont que 19% à estimer avoir de bonnes conditions de télétravail, contre 33% des hommes", soulignait la coauteure de cette étude sous forme d’avis réalisée par la délégation aux droits des femmes du CESE. Alors que le reconfinement de l’Hexagone et la fermeture des écoles remet ces questions à l’ordre du jour, Olga Trostiansky, présidente du Laboratoire de l’Egalité, revient sur ses principaux enseignements.

Challenges: Quelle est la portée du document présenté le 23 mars dernier et qu’en attendez-vous?

Olga Trostiansky. Jusqu’à présent, la délégation aux droits des femmes et à l’égalité du CESE n’avait porté que des rapports mais jamais d’avis impliquant une prise de parole publique et un vote. C’était important au moment où la réforme du CESE démarre et où se pose la question de l’existence même de la délégation. Cet avis a été voté à une large majorité de 160 voix sur 204 votants, ce qui est une satisfaction. Depuis l’automne 2020, nous avons mené un travail approfondi avec l’idée de nous placer au cœur de l’actualité: santé, équilibre des temps de vie, social et gestion de la crise. Nous mettons sur la table 18 propositions concrètes.

Quel constat dressez-vous, après un an de crise sanitaire?

Alors que a été proclamée grande cause du quinquennat, nous nous sommes[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi