Marchés français ouverture 7 h 42 min
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,67 (+0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,1976
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,61 (+0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    47 130,50
    -4 519,74 (-8,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     

Comment Faurecia compte devenir le champion français de l’hydrogène

·2 min de lecture

L’équipementier automobile investit 100 millions par an pour devenir le leader mondial des réservoirs pour véhicules munis de pile à combustible.

L’Europe a peut être raté le coche des batteries pour voitures électriques, mais Faurecia ne compte pas passer à côté de l’hydrogène. L’ambition de l’équipementier automobile français : « Devenir le leader mondial des réservoirs pour véhicules à pile à combustible », affirme Patrick Koller, son directeur général.

Dans un monde de mobilités en pleine électrification, le spécialiste des lignes d’échappement et des aménagements intérieurs avait un besoin urgent de se reconvertir. Du coup, il investit 100 millions d’euros chaque année dans les systèmes pour l’hydrogène, notamment dans une nouvelle usine qui sera opérationnelle en 2022 dans le Doubs, où il possède déjà un centre technique. Faurecia a « un savoir-faire reconnu avec des réservoirs très techniques puisqu’il faut comprimer l’hydrogène, peu dense, sous 700 bar pour le transporter », reconnaît un constructeur français.

Cible chinoise

Le groupe vise 20 % du marché mondial (hors Chine) d’ici à dix ans. Et, mi-février, le fabricant de composants a pris la majorité de CLD, producteur chinois de réservoirs d’hydrogène à haute pression. Car, « d’ici à 2030, la Chine représentera un marché d’au moins 1 million de véhicules équipés de piles à combustible », souligne Mathias Miedreich, vice-président de l’activité Clean Mobility de Faurecia. L’hydrogène, qui autorise des autonomies dignes d’un diesel et des recharges en un quart d’heure, sera d’abord utilisé par les poids lourds. Or, « la Chine avec l’Inde représentent 50 % des ventes de véhicules commerciaux dans le monde », poursuit Patrick Koller.

Spécialisé dans les réservoirs, Faurecia est aussi présent dans les piles à combustible, cœur des modèles à hydrogène, à travers Symbio. Détenue à 50-50 avec Michelin, cette jeune pousse construit une usine dans le Rhône. Ambition : « 100 000 piles par an en 2030 », souligne son PDG Philippe Rosier, moyennant 140 millions d’investissement. Avec Symbio, « nous produirons 75 % de la chaîne de valeur » dans les systèmes pour [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi