La bourse ferme dans 3 h 48 min
  • CAC 40

    6 257,87
    +47,32 (+0,76 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 008,27
    +31,86 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2058
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 786,80
    -6,30 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    45 529,82
    -503,59 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 277,49
    +14,53 (+1,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,99
    -0,36 (-0,59 %)
     
  • DAX

    15 282,93
    +86,96 (+0,57 %)
     
  • FTSE 100

    6 903,25
    +7,96 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3904
    -0,0028 (-0,20 %)
     

Fashion Weeks virtuelles, baisse de revenus : le travail des mannequins bouleversé depuis un an par la pandémie

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

"Il y a une Fashion Week ?" La pandémie a privé les mannequins du podium et de la liberté du mouvement. Et si certaines bénéficient d'une concurrence moindre, elles regrettent toutes l'énergie des défilés que rien ne remplace pour propulser leur carrière. Christelle Yambayisa n'a pas chômé dès le premier confinement en mars dernier : des marques, dont Monoprix, lui envoyaient des vêtements, son copain prenait des photos qu'elle renvoyait aux clients. "C'était sommaire, mais cela a fonctionné".

Viennent ensuite les voyages à Milan, en Suède ou en Pologne pour des campagnes publicitaires, un look book d'Issey Miyake à Paris... "Il n'y a pas moins de travail", confie-t-elle à l'AFP. Mais le métier n'est plus le même. "Il y a une Fashion Week début mars? Je ne savais pas du tout", plaisantait Christelle à quelques jours de la semaine du prêt-à-porter femme à Paris qui débute lundi 1er mars, de nouveau virtuelle. Elle se souvient combien les Fashion Weeks rythmaient auparavant la vie des mannequins.

Avant celle de septembre, la plus importante, "on commençait à aller au sport, à dormir tôt pour être en forme quand les castings débutaient". "C'est important d'ouvrir ou fermer un défilé, cela fait remonter la cote direct. Parfois on voyait un nouveau visage sur une vingtaine de shows, cela devenait dingue". Dans les films présentant désormais les collections, "on n'arrive pas à les reconnaître", ajoute-t-elle. "Même si je fais une vidéo avec une maison comme Hermès, je sais que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi