La bourse ferme dans 4 h 6 min
  • CAC 40

    6 498,99
    -25,45 (-0,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 729,01
    -28,21 (-0,75 %)
     
  • Dow Jones

    32 832,54
    +29,04 (+0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0226
    +0,0031 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 807,30
    +2,10 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    22 904,73
    -784,60 (-3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    544,48
    +1,60 (+0,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,00
    +1,24 (+1,37 %)
     
  • DAX

    13 569,97
    -117,72 (-0,86 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,24
    +3,87 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    12 644,46
    -13,14 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 140,06
    -5,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    +0,0022 (+0,18 %)
     

Un fan de Charlotte Gainsbourg voyage depuis l'Antarctique pour la rencontrer en Normandie

·4 min de lecture
José Sarica et Charlotte Gainsbourg lors de leur rencontre dans un restaurant au moment du festival. - BFMTV
José Sarica et Charlotte Gainsbourg lors de leur rencontre dans un restaurant au moment du festival. - BFMTV

Lorsqu'il a appris que Charlotte Gainsbourg était sur le point de se rendre à un festival normand, José Sarica n'a pas hésité une seconde à prendre ses places. Et ce n'est pas le fait qu'il se trouvait au beau milieu de l'Antarctique qui allait arrêter ce fan inconditionnel de l'actrice et chanteuse.

José Sarica, 44 ans, est chef d'expédition dans les régions les plus reculées du monde, en particulier dans les zones polaires et dans le Pacifique. Ce jour-là, il se trouve sur un bateau de croisière au niveau du détroit de Gerlache (à l'extrémité de la péninsule Antarctique) quand lui et le reste de l'équipage doivent s'abriter au niveau de la baie Charlotte à cause d'une tempête.

"Je me trouvais au milieu de la glace et des manchots"

"C'était fin octobre", raconte à BFMTV.com ce docteur en biologie marine. "Je me trouvais au milieu de la glace et des manchots au beau milieu de l'Antarctique. On s'abritait et par hasard à un moment j'ai capté un peu de réseau avec mon téléphone. Le fait que nous nous trouvions dans la baie Charlotte m'a fait pensé à Charlotte Gainsbourg alors j'ai googlé quelles étaient ses dernières actualités, et c'est là que j'ai vu qu'elle se rendait au festival Les Égluantes à Carentan-les-Marais (Manche)".

Le fan n'attend pas et envoie immédiatement plusieurs mails aux équipes du festival, leur disant qu'il est "un grand admirateur de Charlotte Gainsbourg". Là, il leur demande de lui confirmer sa présence, et leur précise qu'il comptait faire le trajet depuis l'Antarctique. "Par chance", reconnaît-il aujourd'hui, il reçoit rapidement une réponse de l'un des organisateurs, amusé de savoir que José Sarica allait faire un tel voyage. Ni une, ni deux, il achète donc deux places pour le festival.

"Ça l'a beaucoup surpris, et ça l'a fait rire de se dire que je lui écrivais depuis le point le plus opposé de la planète", raconte José Sarica. Une semaine plus tard, soit le 11 novembre, le quadragénaire rentre en France puis effectue le voyage en voiture avec son compagnon depuis Marseille, où ils résident.

"Toutes les planètes se sont alignées"

"Là encore, j'ai eu un énorme coup de chance car je suis arrivé pile au même moment que l'organisateur avec qui j'avais pu échanger à distance", se souvient le quadragénaire. "Nous ne nous étions pas donné rendez-vous et je ne savais même pas à quoi il ressemblait mais lui a reconnu mon nom sur mon pass. Il m'a alors dit que Charlotte Gainsbourg arrivait dans 15 minutes, et m'a proposé de la rencontrer".

"C'était incroyable! Toutes les planètes se sont alignées, c'est comme s'il y avait quelque chose de plus grand que moi qui se jouait", s'exclame encore aujourd'hui José Sarica. "C'était le plus cadeau qu'il puisse me faire".

Un quart d'heure plus tard, le quadragénaire entre dans le restaurant où déjeunent Charlotte Gainsbourg et son équipe, et s'installe à une table à côté de la star, convié par l'organisateur. "J'étais sur un nuage mais je ne voulais surtout pas la déranger ou être envahissant", se rappelle-t-il. "Nous sommes restés un bon 5 minutes ensemble. Elle m'a signé des autographes sur tout un tas de choses que j'avais ramenées: des vinyles, des photos d'elle etc", ainsi qu'une pierre australe qu'il lui a offerte.

José Sarica, expert du monde animal et explorateur des zones polaires et tropicales du globe, est un admirateur de Charlotte Gainsbourg depuis son plus jeune âge. "Je devais avoir 10 ans quand je l'ai vue la première fois dans le film L'Effrontée, et j'ai tout de suite été séduit par son look, son jeu, sa timidité. Depuis, je n'ai fait que la suivre", s'amuse cet homme d'aujourd'hui 44 ans, qui avait déjà pu rencontrer la star à trois (brèves) reprises avant ce jour de novembre.

"Si on m'avait dit que j'allais vivre un truc pareil, je ne l'aurais pas cru", sourit l'explorateur. "C'était l'un des plus beaux moments de ma vie, et ça va continuer de me nourir pendant des années. C'est un beau cadeau qu'ils m'ont fait là". Et d'ajouter: "il faut être fan pour comprendre".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles