La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 603,08
    -6,26 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    15 215,70
    +94,02 (+0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    28 708,58
    -546,97 (-1,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,1624
    -0,0028 (-0,24 %)
     
  • HANG SENG

    26 017,53
    -118,49 (-0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    53 859,53
    -3 131,68 (-5,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 486,97
    -47,67 (-3,11 %)
     
  • S&P 500

    4 549,78
    +13,59 (+0,30 %)
     

Fait divers. À Delhi, un gangster de renom abattu en pleine audience au tribunal par une bande rivale

·1 min de lecture

Le meurtrier Gogi comparaissait devant la cour de Rohini, quand deux gangsters déguisés en avocats ont surgi pour l’abattre en pleine audience. Un nouvel épisode rocambolesque des méfaits des dacoïts dans le nord de l’Inde.

En Inde, les règlements de comptes entre mafieux se déroulent parfois au tribunal. Le vendredi 24 septembre, alors qu’il comparaissait devant la cour de Rohini, une banlieue ouest de New Delhi, le gangster Jitender Maan, connu dans le pays sous le nom de Gogi, “a été abattu par deux assaillants armés appartenant à un gang rival dirigé par Tillu Tajpuriya, alias Sunil”, apprend-on de l’Indian Express.

“Les deux attaquants s’étaient fait passer pour des avocats” et ont été aussitôt tués par une équipe du contre-espionnage indien. Gogi a été touché “par cinq ou six balles” puis transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté. Si le contre-espionnage l’escortait depuis plusieurs mois, “c’est parce que son associé Kuldeep, alias Fajja, avait réussi à s’évader lors d’une garde à vue, à l’occasion de son transfert devant la cour de Karkardooma”, dans la banlieue est de la capitale. Ledit Fajja avait été rattrapé et tué par la police.

À lire aussi: Remaniement. Modi met douze ministres à la porte du gouvernement de l’Inde

La fusillade de vendredi a provoqué “un chaos absolu” dans la salle d’audience, raconte un officier de police supérieur. Il y avait “des années” que Gogi et Sunil se livraient à des extorsions de fonds à Alipur et Sonipat, deux lointains faubourgs de Delhi. “Les conflits constants entre les deux gangs se sont souvent terminés par des effusions de sang”, relève le journal, qui précise qu’“au cours des six dernières années plus de dix membres des deux gangs ont été tués, tandis que de nombreux autres ont survécu de justesse à des tentatives d’

[...] Lire la suite sur Courrier international
Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles