La bourse ferme dans 8 h 5 min
  • CAC 40

    6 684,93
    +19,73 (+0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 948,49
    +12,98 (+0,33 %)
     
  • Dow Jones

    33 849,46
    -497,57 (-1,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0361
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 752,30
    +12,00 (+0,69 %)
     
  • BTC-EUR

    15 876,09
    +119,79 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    388,14
    +7,85 (+2,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,77
    +1,53 (+1,98 %)
     
  • DAX

    14 407,34
    +23,98 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 512,77
    +38,75 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,50
    -176,86 (-1,58 %)
     
  • S&P 500

    3 963,94
    -62,18 (-1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • GBP/USD

    1,2032
    +0,0067 (+0,56 %)
     

Voici comment fait Dacia pour réaliser des marges excellentes dignes d'Audi et BMW

Challenges - N. Meunier

Renault l'a avoué pour la première fois mardi: Dacia réalise des marges de 10% sur ses véhicules à bas prix. Et vise les 15%. Un excellent score digne des spécialistes allemands du haut de gamme. Challenges vous explique les recettes miracle de la marque roumaine.

Dacia génère "une marge opérationnelle supérieure à 10% et ambitionne d’atteindre 15% en 2030", annonçait mardi 8 novembre Thierry Piéton, directeur financier de Renault, lors de la journée du groupe tournée vers les investisseurs. C’est la première fois que le groupe tricolore donne une indication chiffrée des marges de sa marque roumaine. Et celles-ci sont époustouflantes! Dacia? Depuis sa renaissance sous la houlette de Renault, le label est pourtant synonyme de voitures à "bas coûts" supposées faiblement rentables. Or, la marge de Dacia est au niveau des meilleures marques spécialistes du haut de gamme allemand comme Audi ou BMW. Un pourcentage sur un montant relativement faible dans l'absolu ne permet pas, certes, d'arborer les montants de profits des marques germaniques "premium". Il n'empêche. La réussite est remarquable.

Mais comment fait donc la marque de Pitesti, ex-fleuron de la Roumanie communiste, qui a lancé la Logan en 2004 quatre ans après été sauvée d’une banqueroute certaine par Renault? Au début des années 1990, le Français avait raté le rachat de Skoda en Tchécoslovaquie, repris à sa barbe par Volkswagen. D’où l’idée géniale de Louis Schweitzer, alors PDG de la firme tricolore, de se rabattre sur Dacia, malgré l’épouvantable réputation de ses véhicules (de lointaine origine Renault!) en matière de qualité. Et ce, en créant une voiture simple, pas chère et facilement réparable pour marchés émergents. Le modèle Dacia, dont les principaux débouchés sont désormais en Europe occidentale, est de fait unique, avec cinq composantes principales.

Voitures simples, légères, avec des coûts industriels faibles

Tout d’abord: une ingénierie centrée sur un design efficient, qui "procure un avantage coûts solide à deux chiffres", explique-t-on chez Renault. Avec des modèles simples et légers. Le dernier-né de la gamme, le break-monospace familial Jogger, pèse ainsi 1,2 tonne en version de base, contre 1,5 tonne pour un ludospace Renault Kangoo comparable. D’où [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi