La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 077,30
    -80,54 (-1,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 500,41
    -41,38 (-1,17 %)
     
  • Dow Jones

    30 822,42
    -139,38 (-0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0018
    +0,0018 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    1 684,50
    +7,20 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    19 662,08
    -538,84 (-2,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    458,57
    -4,87 (-1,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,40
    +0,30 (+0,35 %)
     
  • DAX

    12 741,26
    -215,44 (-1,66 %)
     
  • FTSE 100

    7 236,68
    -45,39 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    11 448,40
    -104,00 (-0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 873,33
    -28,02 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 567,65
    -308,25 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 761,69
    -168,71 (-0,89 %)
     
  • GBP/USD

    1,1421
    -0,0046 (-0,40 %)
     

Pour faire face à la concurrence, Coyote élargit sa feuille de route

SP

En concurrence frontale avec Google et sa filiale Waze, le spécialiste français de l'aide à la conduite diversifie ses produits et sa présence géographique en Europe.

Une de plus. Coyote, champion français de l'aide à la conduite, ouvre, ce jeudi 15 septembre, une boutique à Lyon. La treizième dans l'Hexagone. Il en compte une trentaine en Europe. L'entreprise fondée en 2005 avait disparu des radars ces dernières années. Mais avec sa communauté de plus de 5 millions d'utilisateurs, Coyote a poursuivi son bonhomme de chemin, affichant un chiffre d'affaires de 135 millions d'euros pour un résultat opérationnel de 50 millions et une valorisation multipliée par trois en moins de dix ans, à 500 millions.

Pas mal pour une entreprise qui ne devait pas survivre à la suprématie de Google et de sa filiale Waze sur ce marché. "Google fait gagner du temps aux conducteurs, nous leur faisons gagner de l'argent", lance Benoît Lambert, le directeur général. Arrivé en 2015, cet ancien dirigeant de Sony France a patiemment construit la nouvelle stratégie du groupe visant à le faire sortir de son positionnement à risque: un produit, un service, un pays, une technologie. Un nouveau plan élaboré avec le cofondateur Fabien Pierlot, détenteur de 80% du capital avec Jean-Marc Van Laethem et HLD, le fonds de Jean-Bernard Lafonta, qui a fait de Coyote l'une des pépites de son portefeuille. "Nous étions axés vers le grand public, nous sommes désormais une plateforme de services", résume le patron.

Lire aussi

Récupérer les véhicules volés

Côté géographie, la société de 370 salariés s'étend désormais en Belgique, en Espagne, en Italie et au Portugal. Et déploie partout ses diversifications. L'activité historique représente toujours 80% du chiffre d'affaires: un service d'aide à la conduite fourni via plus de 2 millions de boîtiers, vendus entre 159 et 349 euros. Mais aussi grâce aux partenariats avec les constructeurs: Renault, PSA et Land Rover. Et l'application Coyote est accessible sur abonnement dans les magasins d'applications ou par le biais des opérateurs télécoms tels SFR et Orange, mais aussi Vodafone en Espagne et en Italie.

Et pour tirer sa croiss[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles