La bourse ferme dans 16 min
  • CAC 40

    6 250,86
    -16,42 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 006,28
    -8,52 (-0,21 %)
     
  • Dow Jones

    34 003,68
    +187,78 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,2061
    +0,0043 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 774,60
    -7,40 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    40 914,18
    -4 794,30 (-10,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 129,79
    +5,90 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,10
    +0,67 (+1,09 %)
     
  • DAX

    15 250,93
    -69,59 (-0,45 %)
     
  • FTSE 100

    6 929,12
    -9,12 (-0,13 %)
     
  • Nasdaq

    13 954,41
    +135,99 (+0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 170,99
    +36,01 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 020,63
    -167,54 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,75
    +323,41 (+1,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3843
    -0,0000 (-0,00 %)
     

Les faillites vont augmenter en France, selon les administrateurs judiciaires

·2 min de lecture

Le nombre de faillites va augmenter en France, mais les administrateurs et mandataires judiciaires peuvent sauver des entreprises si leurs difficultés sont appréhendées suffisamment tôt, selon une étude publiée mercredi par leur Conseil national.

Le nombre de faillites va augmenter en France, mais les administrateurs et mandataires judiciaires peuvent sauver des entreprises si leurs difficultés sont appréhendées suffisamment tôt, selon une étude publiée mercredi par leur Conseil national. Constatant que les liquidations judiciaires ont diminué de 37% en 2020, les auteurs de l'étude, conduite avec des économistes du cabinet Asterès, estiment qu'une telle situation n'est pas durable et que les faillites augmenteront en 2021 de 2,3% à 12,1%. Ces faillites menaceront quelque 250.000 emplois, "dont 170.000 pourraient être sauvés par un recours aux procédures confidentielles et aux procédures collectives", en admettant que la proportion d'emplois sauvegardés reste celle de 2019, précise la note.

L'augmentation des faillites sera due d'une part à un rattrapage avec la reprise des procédures devant les tribunaux de commerce, mais aussi à la baisse d'activité dans les secteurs les plus durement touchés par l'épidémie de Covid-19 et enfin au "surendettement causé par les mesures de soutien", notamment les reports de cotisations sociales. L'administrateur judiciaire, qui représente les intérêts du dirigeant d'entreprise, et les mandataires judiciaires, qui représentent ceux des créanciers, doivent concilier les positions des deux parties tout en améliorant les chances de survie de l'entreprise.

"Plus on traite un problème tôt et moins il a eu le temps de s'aggraver, de se propager, de se diffuser à toutes les couches de l'entreprise", a souligné lors d'une visioconférence Frédéric Abitbol, vice-président du Conseil national des administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires (CNAJMJ). Pour autant, il ne faut pas sauver les entreprises non viables car "cela se traduirait par une baisse de la productivité et une augmentation des coûts de production", selon l'étude.

"des diagnostics au cas par cas"

Par ailleurs, "tous les secteurs ne sont pas touchés de la même façon", a expliqué Pierre Bentata, économiste chez Ast[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi