La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 800,19
    +83,10 (+0,25 %)
     
  • Nasdaq

    11 502,67
    +108,85 (+0,96 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 301,18
    -228,17 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    525,05
    +6,25 (+1,21 %)
     
  • S&P 500

    4 043,10
    +25,33 (+0,63 %)
     

Faible mobilisation pour le retour des "gilets jaunes"

AFP - THOMAS LO PRESTI

C'est un mouvement que l'exécutif regarde de près avant l'annonce de la réforme des retraites, mardi... Les "gilets jaunes" n'ont pas réussi à mobiliser dans leur appel à manifester, ce samedi, en rassemblant moins de 5000 personnes dans toute la France.

Quelque 4.700 personnes se sont mobilisées samedi en France à l'appel des "gilets jaunes", dont 2.000 à Paris, pour dénoncer la politique d'Emmanuel Macron, la future réforme des retraites, l'inflation ou encore demander une refonte des institutions, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur. A Paris, le principal cortège s'est mis en route vers 14 heures du VIIe arrondissement de la capitale pour rejoindre le quartier de Bercy, dans l'est de Paris, a constaté une journaliste de l'AFP. Le défilé, qui s'est étoffé au fil de l'après-midi, était encadré par un important dispositif policier et nombre de médias venus jauger l'hypothétique reprise du mouvement à trois jours d'une réforme des retraites controversée et sur fond d'inflation.

Le mouvement promet de prendre de l'ampleur avec la réforme des retraites

La manifestation qui avait été relayée sur les réseaux sociaux, a traversé le sud de Paris au rythme des chants anti-Macron mais sans les violences ou heurts entre manifestants et forces de l'ordre qui ont émaillé le mouvement "gilets jaunes" initialement lancé en novembre 2018 contre la hausse de la taxation sur les carburants et qui s'est depuis largement étiolé. "Ca va prendre de l'ampleur avec la réforme des retraites, on recommence", a témoigné Hasna Kenider, assistante administrative. "On n'a plus de services publics. L'hôpital j'ai peur d'y aller. Je ne me vois pas travailler jusqu'à 64 ans", a-t-elle poursuivi. Laetitia, trentenaire qui n'a pas souhaité donner son nom, a déploré "la tiers-mondisation de la France" tout en déplorant de "payer beaucoup d'impôt" sans voir "en retour ce pour quoi on paye". D'autres rassemblements étaient organisés en France. Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé 2.700 participants pour 58 actions répertoriées.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi