La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 196,81
    -6,22 (-0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Facturer les rendez-vous médicaux non-honorés ? « Pas de tabou » pour Braun

Le ministre des Solidarités et de la Santé ne s’oppose pas à l’idée de faire payer les patients qui posent des lapins à leur médecin, sans les prévenir.

SANTÉ - 28 millions de rendez-vous non honorés chaque année. « Il faut résoudre ce problème. Ce qui est inadmissible, c’est de ne pas prévenir », a déclaré François Braun, ce mardi 27 septembre au micro de France info. Le ministre des Solidarités et de la Santé s’est dit résolu à combattre les « non-venu-pas prévenu » en libéral et à l’hôpital quitte à faire payer l’addition aux patients.

« Faut-il facturer les rendez-vous médicaux non-honorés ? » a questionné le journaliste au Ministre qui a répondu sans détournement : « Dans le cadre des discussions que je vais lancer début octobre, c’est un sujet qui va être sur la table. Il n’y a pas de tabou. Est-ce que c’est en les facturant, en trouvant une autre solution… ». Il soutient sa position expliquant qu’un empêchement de dernière minute peut justifier l’annulation d’un rendez-vous, mais il n’est pas normal de ne pas prévenir.

Les plateformes mises en cause

Cette déclaration fait suite à la demande du syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFML) d’une pénalité de « de 1, 2 ou 3 euros » pour chaque rendez-vous manqué. Dans une interview au Parisien, le président du syndicat, Jérôme Marty, proposait nootamment que cet argent soit récolté pour un fond à destination des déserts médiaux et des zones rurales qui manquent de matériel.

Le syndicat reproche également aux plateformes, comme Doctolib, de créer « un consumérisme du soin ». De son côté, le Ministre dit vouloir faire participer les plateformes aux discussions du gouvernement pour « éviter qu’on prenne trois rendez-vous en même temps chez le même spécialiste et qu’on aille piocher ensuite ».

Lire aussi

FR-Alert, le nouveau système d'alerte en cas de danger proche de chez vous

En France, le nombre d’IVG est stable mais en baisse chez les femmes les plus jeunes

VIDÉO - "Un désert médical, c’est avant tout un désert social", l'enquête sur la France qui peine à se soigner