La bourse ferme dans 7 h 39 min
  • CAC 40

    6 451,22
    -118,97 (-1,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 054,45
    -76,39 (-1,85 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,42 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1715
    -0,0016 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 751,60
    +0,20 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    38 279,23
    -3 000,90 (-7,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 117,33
    -108,20 (-8,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,12
    -0,85 (-1,18 %)
     
  • DAX

    15 172,57
    -317,60 (-2,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 878,73
    -84,91 (-1,22 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,93 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,75 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 084,95
    -835,81 (-3,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3677
    -0,0060 (-0,44 %)
     

La facture du "quoi qu'il en coûte" s'élève à 240 milliards d'euros

·2 min de lecture

Le ministre de l'Economie était l'invité sur France Inter ce matin 30 août, il a annoncé céder la place du ''quoi qu'il en coûte'' au ''sur-mesure''. Il prévient également de la fin du fonds de solidarité, avec sa suppression le 30 septembre, sauf pour l'Outre-mer.

Les mesures de soutien pour aider les entreprises à surmonter la crise du Covid-19 se sont élevées à 240 milliards d'euros depuis mars 2020, dont un tiers de subventions et deux tiers de prêts, a indiqué lundi . L'argent donné "aux entreprises ou aux salariés pour protéger le pouvoir d'achat, c'est 80 milliards d'euros", a déclaré le ministre sur France Inter avant une réunion à Bercy sur le maintien de quelques aides ciblées pour les entreprises en difficultés. "A cela s'ajoutent des prêts, mais c'est des prêts, ça n'a rien à voir, économiquement, avec des subventions, de l'ordre de 160 milliards d'euros, les prêts garantis par l'État, plus d'autres formes de prêt", a ajouté Bruno Le Maire.

C'est aujourd'hui la facture du '''' ", a-t-il précisé sur France inter. Cette formule lancée par lors d'une allocution solennelle en mars 2020 au début de l'épidémie de COVID-19 en France va désormais céder la place au "sur-mesure", avec des aides concentrées sur les secteurs pénalisés par les restrictions sanitaires encore en vigueur, selon les termes de Bruno Le Maire la semaine dernière à LaREF (la rencontre des entrepreneurs de France, ex-université d'été du Medef).

Il a rappelé que tout comme la prise en charge par l'Etat de l'activité partielle, tandis que les exonérations de charges se sont élevées à 10 milliards d'euros. Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 685.000 de prêts garantis par l'Etat (PGE) ont été accordés pour un montant de 139,3 milliards d'euros, selon le ministère de l'Economie. D'autres prêts, notamment participatifs, ont également accordés par l'Etat, expliquant le chiffre de 160 milliards rapporté par Bruno Le Maire.

Une embellie économique

Le ministre a mis en avant la bonne santé de l'économie française, qui "tourne à 99% de ses capacités" et la reprise de la consommation pour justifier la fin des aides massives aux entreprises. Il a indiqué que les demandes de PGE sont tombées de 500.000 au moins de mai, alors que toutes les entreprises[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles