La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 116,03
    -144,78 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    10 799,22
    -3,70 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    26 571,87
    +140,32 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9581
    -0,0030 (-0,32 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 935,80
    -119,19 (-0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,75
    -20,39 (-4,44 %)
     
  • S&P 500

    3 641,72
    -13,32 (-0,36 %)
     

"Ma facture d'électricité flambe de 44%" : les consommateurs face à la hausse des prix

AFP/Archives - DENIS CHARLET

Le prix du mégawattheure d'électricité est passé de 85 euros à 1.000 euros en un an sur le marché européen. Une flambée qui se ressent de plus en plus sur les factures des ménages et qui menace d'étrangler ceux qui n'ont pas souscrit au tarif réglementé d'EDF.

Il ne fait pas bon aller à la boîte aux lettres ces derniers jours. Vous pourriez trouver un courrier de votre fournisseur d’électricité vous annonçant une forte hausse de votre facture. C’est le cas de Tanguy, un client de l’opérateur alternatif Mint énergie. Au bout de la clé: une augmentation du budget annuel de 44% à partir du 1er octobre. Le trentenaire parisien devra désormais débourser 2.506 euros sur 12 mois, soit 209 euros par mois, contre 1.740 euros l’an dernier (+44%). Un surplus de 150 euros par mois.

L'électricité se négocie à des niveaux records

Comme Tanguy, des milliers de Français font désormais face aux conséquences de la flambée des prix de l’énergie à l’œuvre depuis plusieurs mois. , tirés notamment par la courbe haussière de l’électricité. Les prix français sur les marchés pour une livraison début 2023 ont allègrement dépassé 1.000 euros le mégawattheure (MWh) ce vendredi. Il y a un an, ils étaient d’environ 85 euros/MWh.

Les facteurs de la hausse des cours sont connus: a entraîné une augmentation des cours du pétrole et du gaz, des sources d’énergie pour produire de l’électricité. L’embargo des puissances occidentales sur les hydrocarbures russes, l’un des premiers fournisseurs au monde, a entraîné une forte progression des prix du gaz et du pétrole. Dans le même temps, les centrales nucléaires françaises, qui produisent la majorité de l’électricité du pays, tournent à bas régime. en ce moment, notamment en raison d'un problème de corrosion, ce qui réduit la production électrique française à un niveau historiquement bas, et fait mécaniquement augmenter les cours.

Les fournisseurs d’électricité alternatifs se retrouvent pour certains étranglés et d’autres ont déjà fait faillite, comme Bulb ou Barry. S’ils bénéficient d’un certain volume d’électricité vendu au tarif régulé de 42 euros le mégawatts par EDF, ils doivent ensuite acheter sur les marchés le reste du stock pour alimenter leurs clients. La flambée des cours, multiplié par[...]

Lire la suite sur challenges.fr

VIDÉO - Plusieurs pays d'Europe mettent en oeuvre des économies d'énergie en prévision de mois difficiles