La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 321,51
    -742,41 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Facebook va désormais contrôler les contenus haineux ou violents

·1 min de lecture

Facebook peine à perdre son image d'un réseau où n'importe qui peut publier des messages d'insultes ou haineux. Le géant californien tente d'y mettre un terme avec le déploiement d'un nouveau logiciel fondé sur l'intelligence artificielle et capable d'établir des liens entre messages, images, ou commentaires.

Jusqu'ici, le système de détection du réseau social ne permettait d'analyser qu'un contenu à la fois, sans pouvoir croiser les signaux provenant, par exemple, d'un message et d'une photo. Avec le nouvel algorithme, déployé courant 2020, Facebook peut désormais avoir "une vision d'ensemble", a expliqué mercredi Mike Schroepfer, responsable technique de la plateforme, lors d'une conférence téléphonique.

À lire aussi — 40 États américains écrivent à Facebook pour s'opposer à la création d'un Instagram pour les moins de 13 ans

Le réseau social peut notamment mieux décrypter le sens des "mèmes", images ou animations le plus souvent à but humoristique, qui ont parfois un caractère haineux ou discriminant compréhensible uniquement en associant le texte à l'image. "Il faut comprendre tout le contexte" pour analyser et éventuellement écarter le message, a détaillé Mike Schroepfer, qui a expliqué que le logiciel était aussi en mesure de croiser des contenus dans plusieurs langues.

L'outil informatique évite aussi le retrait de certains messages qui auraient déclenché une alerte auparavant sur la base d'un mot ou d'une image identifiés trop littéralement. Facebook attribue en partie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Google va ouvrir sa première boutique à New York
Comment Snapchat va devenir une boutique mondiale en réalité augmentée
Pourquoi les géants du web sécurisent mal vos données personnelles
L'agence spatiale russe va vendre une capsule Soyouz
Le bitcoin tombe sous les 40 000$ après une mise en garde des banques chinoises

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles