La bourse ferme dans 4 h 23 min
  • CAC 40

    6 565,51
    +11,65 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 782,47
    +5,66 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0202
    -0,0055 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 793,50
    -22,00 (-1,21 %)
     
  • BTC-EUR

    23 816,57
    -522,49 (-2,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    576,09
    +4,81 (+0,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,74
    -4,35 (-4,72 %)
     
  • DAX

    13 804,31
    +8,46 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,21
    -6,68 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 871,78
    +324,80 (+1,14 %)
     
  • HANG SENG

    20 040,86
    -134,76 (-0,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2086
    -0,0053 (-0,44 %)
     

Quand Facebook et Instagram censurent l'expression « pilule abortive »

Quand Facebook et Instagram censurent l'expression « pilule abortive »

Propriétaire de Facebook et Instagram, le groupe Meta supprime les messages proposant d'envoyer des « pilules abortives » à des femmes qui habitent dans des États où l'IVG est désormais interdite. En revanche, les messages pour se procurer une « arme à feu » sont conservés…

À la suite de la décision de la Cour suprême d’annuler l'arrêt Roe vs. Wade, de nombreux États ont décidé d’interdire le droit à l’avortement, et des milliers de femmes américaines sont en quête de solutions pour un accès légal à l’IVG. Sur les réseaux sociaux, des associations et des particuliers publient des messages pour aider à obtenir légalement des pilules abortives par le circuit postal, et depuis une semaine, c’est tout simplement l’un des thèmes les plus « tendance » sur Twitter, Facebook et autres plateformes.

Une aide sociale pourtant censurée par Facebook et Instagram qui ont décidé de supprimer tous les messages et photos qui font référence à la pilule abortive ! Associated Press a ainsi obtenu une capture d'écran d'un post Instagram d'une femme qui proposait d'acheter ou d'envoyer des pilules abortives par la poste, quelques minutes après que la Cour a décidé d'annuler le droit constitutionnel à l'avortement. Un message supprimé dans la foulée par le réseau social. Même constat chez Vice Media qui a constaté des suppressions de messages sur Facebook.

Ce type de message se multiplie sur Facebook où des membres se plaignent qu'il soit possible d'écrire « Je t'envoie des armes à feu par la poste » alors qu'il est impossible d'écrire « Je t'envoie des pilules abortives par la poste » © WST Post
Ce type de message se multiplie sur Facebook où des membres se plaignent qu'il soit possible d'écrire « Je t'envoie des armes à feu par la poste » alors qu'il est impossible d'écrire « Je t'envoie des pilules abortives par la poste » © WST Post

Le terme « arme à feu » n'est pas censuré…

Pour en avoir le cœur net, un journaliste d’AP a testé cette censure, en postant ce message : « Si vous m'envoyez votre adresse, je vous enverrai des pilules abortives. » Le message a été supprimé en une minute et son compte a été placé avec le statut « avertissement ». Toujours dans le cadre de ce test, ce même journaliste a publié le même message, en remplaçant le terme « pilule abortive » par « arme à feu », puis « marijuana ». À chaque fois, le message est resté en ligne, contrairement à ce que stipule le règlement de Facebook.

À la deuxième tentative, le compte du journaliste a même été suspendu pendant 24 heures

Du côté...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

VIDÉO - Contraception : Une pilule pour homme efficace à 99% sur les souris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles