La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 416,44
    -520,60 (-1,68 %)
     
  • Nasdaq

    13 294,21
    -331,86 (-2,44 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2108
    -0,0060 (-0,50 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 571,17
    -1 369,75 (-5,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    623,76
    -16,16 (-2,53 %)
     
  • S&P 500

    3 760,02
    -89,60 (-2,33 %)
     

Facebook a censuré les discussions de ses employés sur l'opportunité de bannir Donald Trump du réseau alors qu'il incitait à l'insurrection

·2 min de lecture

Alors que les partisans du président américain Donald Trump menaient une violente insurrection dans le Capitole, à Washington, DC, mercredi, Donald Trump s'est tourné vers les réseaux sociaux pour continuer à diffuser des accusations infondées de fraude électorale qui avaient incité ses partisans au départ. Twitter a supprimé les vidéos presque immédiatement, et peu après, a bloqué le compte de Donald Trump pendant 24 heures.

Mais tandis que Facebook réfléchissait sa propre réponse, la société était également occupée à censurer ses employés qui discutaient en interne de la question de savoir si l'entreprise devait bannir Donald Trump de sa plateforme de manière permanente, rapporte BuzzFeed News. Dans l'heure qui a suivi la publication des messages par les employés, les administrateurs de Facebook ont bloqué — sans explication — les commentaires sur au moins trois fils de discussion.

A lire aussi — Si vous voulez continuer à utiliser WhatsApp, il faudra accepter de vendre vos données à Facebook

Les employés ont également critiqué le manque de rapidité et d'agressivité de Facebook face à la situation extrême qui régnait à Washington, selon BuzzFeed News. (Le PDG Mark Zuckerberg a publié une brève réponse condamnant la violence, environ quatre heures après que des manifestants pro-Trump ont pris d'assaut le bâtiment du Capitole).

Facebook n'a pas répondu à une demande de commentaires de Business Insider US sur cette histoire, mais la porte-parole Liz Bourgeois a déclaré à BuzzFeed News que les "employés de Facebook discutent activement des horribles événements d'aujourd'hui en interne".

Mark Zuckerberg et Facebook ont longtemps vanté le réseau social comme un bastion de la liberté d'expression, et l'entreprise a historiquement permis à ses dizaines de milliers d'employés de discuter ouvertement de sujets politiques même litigieux dans ses messageries internes.

Mais au cours des dernières années, Facebook a fait l'objet de critiques croissantes — tant en interne qu'en externe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Aucun effet indésirable grave n'a été observé en France après la vaccination au Covid-19
Elon Musk, l'homme aux 188 milliards de dollars, veut vendre tous ses biens pour préparer son voyage sur Mars
Le vaccin Pfizer serait efficace contre les mutations des coronavirus, suggère cette étude préliminaire
Moins d'exposants, plus d'innovations santé : le CES 2021 de Las Vegas se réinvente virtuellement
La Nasa valide la construction du télescope spatial SPHEREx, chargé d'élucider l'origine de l'univers