La bourse ferme dans 1 h 45 min
  • CAC 40

    6 754,29
    -12,22 (-0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 216,54
    -7,43 (-0,18 %)
     
  • Dow Jones

    35 743,41
    -13,47 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1625
    +0,0023 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 796,60
    +3,20 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    50 962,80
    -3 142,90 (-5,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 419,59
    -54,74 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,42
    -1,23 (-1,45 %)
     
  • DAX

    15 705,04
    -52,02 (-0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 264,03
    -13,59 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    15 311,46
    +75,74 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 578,90
    +4,11 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    29 098,24
    -7,77 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 628,74
    -409,53 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,3736
    -0,0027 (-0,20 %)
     

Facebook : après les accusations, Mark Zuckerberg se défend

·1 min de lecture

Le co-fondateur et patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a vigoureusement défendu son entreprise mardi 5 octobre après les accusations d'une lanceuse d'alerte, qui a affirmé devant le Congrès américain que le géant des réseaux sociaux privilégiait ses profits au détriment de la sécurité. "Au cœur de ces accusations réside l'idée que nous privilégions les profits plutôt que la sécurité et le bien-être. Ce n'est tout simplement pas vrai", a affirmé Mark Zuckerberg dans une longue publication sur sa page Facebook.

Il a dénoncé le témoignage de son ancienne employée, Frances Haugen, dont l'exposé a écorné mardi l'image du réseau social devant les élus. "Cela ne reflète tout simplement pas l'entreprise que nous connaissons (...). Nombre de remarques n'ont aucun sens", écrit-il dans ce mémo destiné au personnel puis publié sur sa page Facebook.

>> A lire aussi - Facebook sous la menace d'amendes gigantesques en Russie

Reprenant de nombreux points du témoignage de la lanceuse d'alerte qui a dénoncé l'indifférence de Facebook aux études montrant l'influence toxique des réseaux sociaux du groupe sur les adolescents, Mark Zuckerberg a rétorqué : "Si nous voulions ignorer la recherche, pourquoi créerions-nous un programme d'études de pointe pour comprendre ces problèmes importants ?" "Si nous ne nous soucions pas de lutter contre les contenus préjudiciables, pourquoi embaucherions-nous autant de personnes qui s'y consacrent ?" a-t-il encore interrogé.

>> A lire aussi - Les déboires de Facebook (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Facebook sous la menace d'amendes gigantesques en Russie
Tefal, KitchenAid, Seb... les marques qui règnent sur la cuisine
Amazon France redoute "l'inflation" des frais de port sur les envois de livres
Michel Combes, Thomas Enders, Rudi Garcia... les plus grosses indemnités de départ en France
Le nouveau James Bond bat tous les records au Royaume-Uni

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles