La bourse ferme dans 1 h 15 min

Face aux taux d'intérêt négatifs, le risque de baisse de l'or est limité

A l’instar du yen, du franc suisse et des obligations d’Etat des grandes puissances, l’or a le statut de valeur refuge au sein d’un portefeuille. Cela signifie que l’or a tendance, tout comme les obligations d’Etat, à s’apprécier lorsque les marchés actions “se trouvent sous pression ou lorsque les investisseurs deviennent plus prudents”, note la banque privée genevoise Lombard Odier, qui souligne toutefois que les obligations gouvernementales ont toujours été, pour un investisseur, “la valeur refuge ou l’actif sans risque de référence pour diversifier le risque dans un portefeuille”.

Il faut dire que les obligations d’Etat offrent “une corrélation durablement négative avec les actions : elles s’apprécient lorsque les actions se déprécient. Deuxièmement, elles présentent des paramètres de risque plus faibles que les actions, ce qui signifie qu'une substitution des actions par des obligations gouvernementales réduira systématiquement le risque du portefeuille. Enfin, les obligations gouvernementales offrent une composante de revenu récurrent sous forme de coupons”, souligne l’établissement helvétique.

>> A lire aussi - Or : il y a 20 ans, le Royaume-Uni commettait une des pires erreurs de gestion de l’Histoire

L’or a des défauts...

De son côté, l’or a quelques inconvénients. “Il présente une corrélation instable avec les actions, bien qu’elle ait tendance à être négative dans les périodes de tensions intenses. Il possède une volatilité comparable à celle des actions, ce qui signifie que si l’on remplace les actions par de l’or, cela ne réduit pas automatiquement le risque du portefeuille. Et il ne génère pas de flux de trésorerie. Il présente même un coût lorsqu’il s’agit de le conserver physiquement, car il nécessite un stockage dans un coffre-fort”, relève Lombard Odier.

Enfin, lors du krach boursier de l’automne 2008, l’or n’a pas vraiment rempli son rôle de valeur refuge, puisqu’il a plongé à l’unisson… “Quand les marchés ont plongé, les investisseurs ont dû payer les

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sous pression, un think tank annule un dîner-débat avec Tariq Ramadan à Paris
Le coût colossal de la grève pour l’Opéra de Paris, qui a annulé 60 spectacles
Stirrup, une solution tremplin pour les sans-abri
Renault : "En 2022, 20% de nos voitures seront électriques"
Attaqué pour le bruit de sa boulangerie, il refuse une cagnotte en ligne et ferme ses portes