La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    52 048,67
    +406,67 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Face aux polémiques, Jean Castex moins planqué qu'Edouard Philippe

·2 min de lecture

INDISCRETIONS - Castex tient bon face aux "polémiques vaines", Dupont-Aignan galvanisé par ses résultats dans les sondages, Darmanin lâché par la Macronie après sa prestation télévisée face à Marine Le Pen... Retrouvez les indiscrétions de la semaine de Nicolas Domenach.

Dupont-Aignan se voit comme un modéré hyperperformant

Les 7% d’intentions de vote en cas d’élection présidentielle que lui accordent les sondages , qui avait peine il y a quelques mois encore à dépasser la barre des 5% nécessaires pour être remboursé de ses frais de campagne. "C’est un bon socle", se réjouit le président de Debout la France. Est-ce le recentrage de Marine Le Pen qui lui profite? Ses attaques qui fleurent le complotisme? Lui veut croire qu’il est "le candidat antisystème modéré non xénophobe et hyperperformant sur Facebook".

Castex moins planqué que Philippe

Inexistant dans "les polémiques vaines", ainsi qu’il les qualifie, Jean Castex n’en demeure pas moins en cour à l’Elysée. "Même quand il n’est pas d’accord, le Premier ministre, on l’a vu, n’hésite pas à défendre la politique du président, rapporte un proche d’Emmanuel Macron. Avec son prédécesseur, il aurait fallu se battre encore et encore… et il se serait planqué."

La Macronie contre Darmanin

Les déclarations du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal et du président du groupe LREM à l’Assemblée Christophe Castaner contre Marine Le Pen n’ont pas échappé à ce proche de Gérald Darmanin : "Il s’agit surtout d’une offensive concertée contre le ministre de l’Intérieur, avec le feu vert d’Emmanuel Macron." Il est vrai que , qu’il avait cru bon de qualifier de "molle", n’a pas été du tout du goût de l’Elysée.

Jean-Marc Borello se sent mieux depuis le départ d’Edouard Philippe

Le président du groupe SOS Jean-Marc Borello n’a aucun regret d’avoir refusé un poste de ministre : "Je suis déjà président, ce n’est pas pour devenir employé. Quand je vois la vie de chien d’Olivier Véran, je ne l’envie en rien." Lui aussi est bien occupé. Avec la pandémie, son groupe s’est encore agrandi, puisqu’il a "recueilli" – c’est un affectif – des associations en difficulté et nombre d’établissements d’aide et de soins en première ligne, comme à Dunkerque. C’est un dur à la tâche. Il aime ça. Travailler et faire mo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi