La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 158,00
    -4,02 (-0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Face aux clients qui lui posent un lapin, l'astuce de ce restaurateur

Adobe Stock

Ces derniers mois, les restaurateurs ont été nombreux à pousser un coup de gueule contre les clients qui réservent, mais ne se présentent pas. Appelée aussi les "no-shows", cette pratique est un fléau pour les professionnels du secteur qui se retrouvent alors avec des tables bloquées et vides. Ainsi, certains ont décidé de demander l'empreinte bancaire des clients lors de la réservation comme outil de dissuasion.

C'est le cas du chef Marc Boissieux, propriétaire de l’Inattendu, dans le 6e arrondissement de Lyon. Pour les réservations pour huit personnes et plus, il a décidé de demander une empreinte bancaire. Et pour les privatisations, les clients devront verser un acompte de 50%, détaille-t-il auprès d'Actu Lyon. "Je me souviens encore de ce groupe de 19 personnes qui avait réservé dans notre établissement et qui n’était juste pas venu. On a 32 couverts donc rien que deux personnes qui ne viennent pas, ça nous fait perdre 6% de notre chiffre d’affaires. C’est insupportable, surtout quand on a refusé des dizaines de personnes avant", explique le chef lyonnais.

Concrètement, les clients qui ne se présentent pas sont prélevés de 15 euros par couvert non honorés. Si ce système pourrait en faire fuir certains, Marc Boissieux assure que la nouvelle politique a bien été reçue par sa clientèle. "Certains ne comprennent pas forcément pourquoi au début, mais dès qu’on leur explique, ils sont totalement OK avec ça. Et ceux qui ne souhaitent pas le faire sont souvent ceux qui ne viendront (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hydrogène : Air Liquide investit des millions sur le site TotalEnergies de Grandpuits pour faire du carburant moins polluant
L'Arcom demande à Twitter d'assurer un "environnement sûr" pour ses utilisateurs
Lidl et Aldi gagnent encore des parts de marché, les hypermarchés Casino et Auchan à la peine
Pétrole : le Brent plonge, la Chine inquiète, Goldman Sachs sabre son objectif de cours
Le bitcoin bientôt à un prix d’achat après le choc FTX ? Le conseil Bourse