La bourse ferme dans 7 min
  • CAC 40

    5 568,37
    -2,92 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 514,97
    +3,07 (+0,09 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1912
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 813,40
    +2,20 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    14 192,87
    -894,69 (-5,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    330,08
    -40,43 (-10,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    44,93
    -0,78 (-1,71 %)
     
  • DAX

    13 299,01
    +9,21 (+0,07 %)
     
  • FTSE 100

    6 358,99
    -32,10 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3332
    -0,0051 (-0,38 %)
     

Face au coronavirus, 21 maires de la Loire en appellent à l’armée

·1 min de lecture

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 touche désormais toute la France. La pression monte sur des régions qui avaient été épargnées en mars, au point que certains maires dans la Loire, près de Saint-Étienne, en appellent à l'armée pour construire un hôpital de campagne. "C'est un crève-cœur d'en arriver là", lâche au micro d'Europe 1 Régis Cadegros, premier adjoint du maire de Saint-Chamond et président du conseil de surveillance du Centre hospitalier du Gier.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 25 octobre

"Si l'évolution persiste de cette façon, il va être difficile de prendre en charge tous nos patients", explique-t-il. Certaines communes de la vallée du Gier font partie des plus touchées de France. En une semaine, le nombre de cas graves soignés dans l'hôpital local est passé de 50 à 130. Un choc difficile à encaisser pour cette zone très rurale.

Manque de moyens humains

Régis Cadegros explique par ailleurs être confronté à un problème d’effectifs dans les services hospitaliers : "Nos soignants sont contaminés et d'autres sont malheureusement surbookés", déplore-t-il. "Si on n'a pas de moyens supplémentaires, on sera obligé de faire des choix sur les patients qui nous arrivent, parce que l'on ne pourra pas prendre en charge tout le monde."

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Les élus des 21 communes concernées souhaitent désormais l’intervention de l'armée comme en mars dans le ...


Lire la suite sur Europe1