Marchés français ouverture 7 h 28 min
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,68 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,38 (-1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    29 222,77
    +353,87 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0178
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 922,45
    +91,95 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    22 909,29
    -718,70 (-3,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    557,23
    -15,58 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     

Face à la Russie, le gaz américain, grand gagnant de la crise ukrainienne?

·2 min de lecture

La crise ukranienne a mis en évidence le nouveau rôle joué par les Etats-Unis sur le marché du gaz naturel liquéfié, dont ils sont devenus les premiers exportateurs mondiaux. L'émergence d'un "nouvel or gazeux", pour l'Amérique?

Ça bouchonne, du côté de Rotterdam. Il ne s’agit pas de trajets banlieue-centre ville, mais d'encombrement de navires géants devant le port et d’un nouveau marché pour les Etats-Unis: le gaz naturel. Dans , on parle beaucoup des risques sur l’approvisionnement en gaz du Vieux continent. Mais moins de ce qu’il signifie, en termes économiques, pour les producteurs et exportateurs américains.

Rappelons la situation: le gaz naturel représente environ un cinquième de toute l'énergie primaire utilisée en Europe. La Russie en est le principal fournisseur, avec environ 40% des approvisionnements acheminés par gazoduc, et plus de 60% pour l’Allemagne. Viennent ensuite, côté fournisseurs, la Norvège (22%), l'Algérie (18%) et l'Azerbaïdjan (9%). L'Europe reçoit également du gaz naturel liquéfié (GNL) et livré par bateau.

C’est justement ce GNL qui risque de bousculer ce palmarès des exportateurs. Fin janvier, l’agence Nikkei, analysant des données de satellite, estimait à près de 50 le nombre de méthaniers stationnés en mer du Nord, en mer Baltique et en Méditerranée, ainsi que dans les eaux de la côte ouest de la France. Un nombre en hausse de près de 70% par rapport à janvier 2021. D’où la bousculade à l’arrivée, un grand terminal ne pouvant décharger plus d'une dizaine de méthaniers par jour.

En janvier, les importations européennes de GNL ont atteint un niveau record, à 11,8 milliards de mètres cubes, dont près de 45% en provenance des États-Unis. En 2021, les importations ont représenté plus du tiers de l'offre européenne totale de gaz, selon le consultant IHS Markit. Il s’agit donc de montants très significatifs. Et l’Amérique est sans conteste un nouveau géant sur la scène mondiale: selon l'Energy Information Administration, le pays devrait avoir la plus grande capacité d'exportation de GNL au monde d'ici la fin de l'année.

Réponse aux menaces de Moscou

Est-ce la naissance d’un "nouvel or noir", ou plutôt gazeux? Les choses ne sont pas si simples. A court terme, ce rush[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles