Marchés français ouverture 3 h 52 min
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    28 838,82
    -720,28 (-2,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2053
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    29 153,14
    -727,28 (-2,43 %)
     
  • BTC-EUR

    41 206,36
    +456,74 (+1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    993,47
    +5,38 (+0,54 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

"Nous sommes face à une pandémie de cyberdélinquance", alerte un magistrat

franceinfo
·1 min de lecture

"Nous sommes face à une pandémie de cyberdélinquance", a alerté jeudi 18 février sur franceinfo Xavier Leonetti, magistrat au parquet économique et financier de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille, spécialisé en cybercriminalité. Il salue l'annonce d'Emmanuel Macron jeudi d'un plan pour la cybersécurité, doté d'une enveloppe d'un milliard d'euros. "C'est nécessaire et c'est adapté", estime le magistrat. Il s'agit notamment de faire échanger les acteurs publics et privés pour que "l'équipe France soit mieux protégée". Chacun peut commencer par se protéger en adoptant des "gestes barrières" en ligne, explique aussi l'auteur de de "Smartsécurite & cyberjustice", aux éditions PUF.

franceinfo : Quelle est l'ampleur de ce phénomène de cybercriminalité et mobilisons-nous suffisamment d'enquêteurs mobilisés pour lutter ?

Xavier Leonetti : Nous sommes face à une pandémie de cyberdélinquance et c'est dans ce sens que le gouvernement a souhaité renforcer les moyens avec ce plan d'un milliard d'euros. Au niveau mondial, ce sont 600 milliards d'euros de préjudice qui sont constatés. L'année dernière, c'est 1% du PIB mondial. Y a-t-il suffisamment d'enquêteurs ? Tout est évidemment perfectible. Mais nous avons aujourd'hui des services de police et de gendarmerie qui sont très spécialisés, hyperspécialisés. On évoque en ce moment les ransomwares, c'est-à-dire du chantage via Internet au préjudice des hôpitaux. Sur des cas similaires, je peux vous dire que des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi