La bourse ferme dans 4 h 35 min
  • CAC 40

    6 680,44
    -16,52 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 949,47
    -7,06 (-0,18 %)
     
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0515
    +0,0018 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 788,30
    +7,00 (+0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    16 150,30
    -431,29 (-2,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,45
    -10,77 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,93
    -1,00 (-1,30 %)
     
  • DAX

    14 411,79
    -35,82 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    7 543,43
    -24,11 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2213
    +0,0019 (+0,15 %)
     

Face à la menace chinoise, le Japon sort de l'isolement

S. Smith/Pool via Reuters

Le 22 octobre dernier, l'Australie et le Japon, dépourvus des "grandes oreilles" de la NSA américaine, ont signé un pacte de sécurité. Un pas vers l'intégration du Japon au sein des Five Eyes, puissante alliance des services de renseignement américains, contre la menace chinoise grandissante.

Certains observateurs avisés y voient le signe d'une intégration imminente du Japon au sein des Five Eyes, la puissante alliance des services de renseignement américains, canadiens, britanniques, australiens et néo-zélandais. Une déduction logique après le conséquent pacte de sécurité signé le 22 octobre entre l'Australie et le Japon, pour contrecarrer les ambitions militaires croissantes de la Chine. Les deux pays, dépourvus des "grandes oreilles" de la NSA américaine ou du GCHQ britannique, doivent notamment renforcer leurs échanges en matière de renseignement d'origine électromagnétique.

La Chine devient une préoccupation absolue

"Au sein des Five Eyes, Londres et Washington fournissent la très grande majorité des informations dans ce domaine, juge un familier de ces questions. Autoriser Tokyo à consulter ces fichiers, alors que par le passé les Américains ont émis des réserves sur la capacité des Japonais à travailler en toute sécurité sur des documents confidentiels, montre qu'ils mettent de l'eau dans leur vin et que la Chine devient une préoccupation absolue."

Lire aussiRussie, Arabie saoudite... La stratégie énergétique pragmatique de Pékin

Alors que les relations entre Tokyo et Pékin se sont fortement dégradées depuis l'arrivée à la tête du gouvernement nippon de Fumio Kishida il y a un an -"toutes les options" sont aujourd'hui sur la table, y compris celle pour l'armée japonaise d'acquérir des capacités d'attaque de bases ennemies, avait déclaré le nouveau Premier ministre en novembre 2021 -, la menace chinoise est de plus en plus souvent évoquée dans les médias locaux. "Il y a une agressivité et une posture plus conquérante qui amènent le Japon à réagir", souligne Atsushi Nishioka, ambassadeur du Japon à Djibouti de 2012 à 2015 et professeur à la Teikyo University.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi